Société

Confondu avec un voleur de vélib, il se fait tabasser par la police

Dimanche 25 septembre, aux alentours de 5 heures du matin, Etienne John originaire de Marie Galante, serveur de son état quitte le 4ème arrondissement et se dirige vers son domicile dans le 18ème. Abonné depuis près d’un mois à Velib, il apprécie ce système de déplacement qui lui permet pleinement de profiter des derniers beaux jours. Il a fini sa soirée, quitte ses amis, pédale ses écouteurs sur les oreilles.

Son trajet terminé il s’apprête à accrocher le vélo sur un point d’attache libre de la station la plus proche de chez lui quand soudain, il est plaqué à terre, frappé par trois hommes. Il pense à une agression, il s’agit en fait de policiers. Il est ensuite menotté sans aucune explication et embarqué en direction d’un hôpital où un médecin l’ausculte avant d’être amené dans un premier commissariat où il dit être jeté par terre, insulté, puis une heure après dirigé vers le bloc du 18ème. Tabassé, ayant subi une strangulation, c’est vers 18 h qu’il sortira de sa cellule : sur le procès verbal, il découvre alors qu’il est poursuivi pour outrage à agent et consommation d’alcool.

« Mon profil correspondrait à celui de l’agresseur d’une femme sur un Vélib (ou un vélo, en fait je ne sais même pas) quelques heures plus tôt. J’aurais été là au mauvais moment, au mauvais endroit. On parle de méprise ». Mais John ne se contente pas de cette explication et s’interroge : «  Connaissez-vous beaucoup de voleurs qui rangent le produit de leur larcin ? Pourquoi ne s’être pas adressé à moi et m’interroger d’abord ? Et qu’est-ce qu’un profil similaire ? Un autre noir ? On se ressemble tous ? »

Traumatisé, il lui a fallu plusieurs jours pour commencer à surmonter le traumatisme vécu : « Je pensais qu’en tant que noir on pouvait vivre à Paris… Mon Médecin m’a prescrit 1 semaine d’arrêt de travail. J’ai pris un avocat. On demandera des reparations pour le préjudice moral et les dommages corporels. Mais ce qui me rend le plus amer, c’est que je n’ai pas reçu un mot d’excuse de la part des policiers. »


DOIT-ON LAISSER FAIRE SANS REAGIR, SANS PARLER, SANS DENONCER ?

Etienne est un enfant de Marie-Galante, il est né à Grand-Bourg à l’hôpital Sainte-Marie il y a 25 ans de cela. Il a fait ses classes à Marie-Galante, école maternelle de Faup, école primaire mixte de Grand-Bourg, collège de Grand-Bourg. Il a poursuivi ensuite ses études en Guadeloupe pour passer le BAC et le BTS au lycée Hôtelier du Gosier.

Après ses études, il partit en France pour travailler dans la restauration. Depuis 5 ans, il exerce à Paris son métier avec passion et est reconnu par ses pairs et la clientèle des restaurants où il a travaillé.

Le Dimanche 25 septembre 2016, alors qu’il rentre de son travail, il a été brutalement arrêté par trois policiers à 5 heures matin. Arrivés dans son dos, ils lui ont arraché ses écouteurs avec violence, l’ont jeté par terre et mis un pied sur le visage. Molesté, Ils l’ont ensuite menotté et embarqué. Aucun contrôle d’identité n’a été fait, aucune explication n’a été donnée malgré ses cris de frayeur et ses demandes.

Ils l’ont laissé en cellule jusque vers 19 heures toujours sans explication, sans un verre d’eau, sans contacter un membre de sa famille ou ses amis. A cette heure là, Etienne tente de nouveau d’interroger le policier qui fait le procès-verbal ; il lui a alors dit que son profil correspondait à un homme qui avait agressé une dame et volé son vélo.

Ils l’ont également averti qu’ils le poursuivent pour outrage. Croyez-le ou non, il est interdit en France d’oser se révolter quand on fait l’objet de brutalités policières injustifiées.

Il aurait tort de répliquer alors qu’il est attrapé par surprise et effrayé par cette attaque dans le dos, tort de tenter de comprendre ce qui lui arrive à 5 heures du matin, quand il rentre fatigué du travail, avec une seule envie celle de garer son vélib. Place Héber, dans le 18ème arrondissement de Paris, à quelques mètres de son domicile ; et puis rentrer chez lui pour dormir et se préparer pour travailler le lendemain.

Est-ce normal, est-ce juste, dîtes le, à nous ses parents, Anthony et Jocelyne JOHN que vous connaissez à Marie-Galante, à ses frères et sœurs que vous avez vu grandir dans le respect de l’autre ?

Avant de quitter le commissariat, les policiers n’ont pas hésité à plaisanter en lui disant avec un sourire narquois : « Le séjour vous a plu !!! ». Encore est-ce normal que non contents d’avoir manifesté ce que nous appellerons un délit de faciès, ces policiers osent manifester leur mépris et leur dédain pour notre fils en le narguant ?

Le respect de l’intégrité physique et de la dignité des personnes, les droits et libertés fondamentales ne sont-ils que des mots écrits pour faire beau dans la Constitution française et la Convention Européenne des Droits de l’Homme, mais qui n’ont aucune signification pour certains individus qui sauront certainement cacher leurs agissements injustifiés et injustifiables derrière leurs insignes et leurs devoirs de protéger la France contre toute agression venue de l’extérieur ?

Nous le disons, nous ses parents, et les registres de l’état-civil sont encore là pour le prouver, Etienne est FRANÇAIS, né dans un département FRANÇAIS d’outremer. Les professeurs qui l’ont enseigné peuvent témoigner de ses qualités humaines, ses pairs et collègues de travail (Le Club Med, l’Hippotamus, le Café constant, Le Restaurant 1728, Les Cocotes, Le Méditérannée, Le Restaurant Grand Cœur, …) reconnaissent ses aptitudes humaines et professionnelles.

Que les autorités répondent : La France est-elle sur les traces des Etats Unis où les jeunes noirs craignent chaque instant pour leur vie ? Doit-on se taire et subir en silence ?

Nous comptons sur le soutien et l’aide de tous les parents, la mobilisation, de tous ceux qui se sentent concernés par la JUSTICE et le respect de l’être humain dont le souffle de vie a du prix.

MERCI A TOUS. Anthony et Jocelyne JOHN

 

vatin-jose
Previous post

Éthique et politique

hurricane-une
Next post

QUELLE IMPRUDENCE ! UNE AUTO ECOLE DEFIANT LA TEMPETE MATTHEW

Joël DIN

Joël DIN

7 Comments

  1. JoJo
    octobre 1, 2016 at 12:13 — Répondre

    Pourquoi vous préciser qu’il est français ? ça veut dire qu’ils auraient eu le droit de le taper si c’était un noir africain ? Franchement j’aurais partagé cet article, mais ce sous entendu gâche tout. La police n’a le droit de tabasser personne.

    • Emmanuelle
      octobre 2, 2016 at 14:51 — Répondre

      Parfaitement d’accord avec vous Jojo.

  2. Dilo marian
    octobre 1, 2016 at 14:15 — Répondre

    Il serait temps que la police fasse le ménage dans ses rangs car ils ne sont pas tous pareils. Mais ce que je trouve grave c’est de ce mettre à trois pour une personne sans explication.
    Comme ils disent souvent faisons un explemple.
    en les poursuivons avec les lois.

  3. satan
    octobre 2, 2016 at 08:10 — Répondre

    Jojo, c’est la lettre des parents…

    • D'accord avec Jojo
      octobre 2, 2016 at 14:52 — Répondre

      Et alors ?

  4. Bernardini
    octobre 2, 2016 at 14:37 — Répondre

    Il est plus facile de se taire que de révéler la réalité. Merci à 97Land d’avoir publié cet article n’en déplaise à Jojo

  5. Anti trolls Abrutis
    octobre 6, 2016 at 12:41 — Répondre

    La stupidité des commentaires de certains m’interpelle. A quel moment il est dit que si c’était un noir américain il pouvait être tabassé ?Les parents précisent en parlant de leur fils il est Noir et Français pour souligner le délit de faciès sur une personne noire en France. Comment on peut être bête à ce point et ne pas comprendre un simple article sur du racisme ordinaire et banalisé et trouver des prétextes à contester ce qui est dit? Réussir à faire une polémique avec ce qui est écrit montre vraiment la mesquinerie et la bassesse de l’esprit étriqué de certains des trolls qui emmerdent le monde sur des points de détails à chaque fois qu’un fait de racisme est dénoncé en France!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *