Littérature

Compère Lapin et compère Noël

Jeudi 22 décembre dans l’émission Nova Book Box, 7 nouvelles d’auditeurs, écrivains en herbe ou confirmés étaient lues à l’antenne. Le thème : « Le soir de Noël, j’avoue tout. »

Parmi elles, une relecture antillaise de la Cigale et la Fourmi dans ce concours annuel de Nova-Nouvelles de Noël.

 

Yé kric yé krac !

La cour est-elle là ?

Yé kric yé krac !

Ecoutez l’histoire que je m’en vais vous conter…

 

C’était « en tan lontan »

A l’époque Compère Lapin et Compère Noël étaient inséparables.

Mais là où Compère Noël était généreux et partageur, Compère Lapin était profiteur et tout dévoué à son unique personne.

Après avoir passé toute la saison sèche à travailler pour gagner sa pitance. Compère Noel put accumuler de belles provisions pour passer l’hivernage en toute tranquillité.

Son Compère comme à son habitude n’avait bougé pièce doigts, pieds ou autres parties de son corps pour engranger quelques provisions que ce soit.

Un jour donc alors qu’hivernage pointait plus tôt qu’il ne fallut le bout de son nez…  Compère Lapin se retrouva en toute évidence  sans rien à manger. Il alla comme son amie la fourmi… crier famine chez son voisin Noël.

Compère Noël bien plus généreux que Cigale, accueillit avec grande joie  son ami de toujours…

Très vite Lapin s’installa, profita… Prit ses aises et trouva dès le lendemain qu’il serait mieux chez lui à profiter de tout cela.

C’est ainsi que Malicieux, Lapin, élabora un plan digne de sa personne, lui permettant de détourner à l’insu des yeux de son ami toutes ses réserves ! Toutes…  Enfin il laissa juste de quoi donner une illusion de réserve… En deux mots quatre paroles pas grand chose !

Lapin retourna ainsi chez lui, malgré l’insistance de Noël prétextant qu’il ne pouvait plus supporter davantage d’abuser de sa table et son hospitalité. 

Compère salua sa gentillesse et son sens du sacrifice… et les deux amis se séparèrent.

Lapin rentra chez lui et profita de la nuit tombée pour calfeutrer le moindre recoin de lumière. Si bien que passant devant chez lui, personne ne pouvait douter que celui-ci était parti en voyage.

Alors qu’il profitait douillettement de chaque victuaille subtilisée à son voisin, compère Noël dépérissait de jour en jour.  Il alla crier famine chez ses amis, chez ses voisins mais tous semblaient sourds à ses complaintes.

Au matin du dernier jour de l’hivernage alors que tous s’apprêtaient à fêter la nouvelle saison, Lapin las de ces jours sans jour, décamoufla prudemment sa maison et sortit prendre l’air.

Quelle ne fut pas sa surprise quand il vit étendu devant sa porte son voisin…  Noël, méconnaissable tant il était maigrelet ! 

Lapin, coutumier des farces, crût tout d’abord que son compère lui jouait une farce… Mais malgré ses appels, ses feintes et ses pitreries, Noël ne bougeait toujours pas.

 Petit à petit Lapin réalisa qu’il était très certainement responsable de l’état de son unique ami. Il se mit à pleurer. Pleurer à grandes larmes, espérant un sursaut de vie chez son ami… Un déploiement de sympathie dans le voisinage.  Mais nulle compassion nul réveil de son compère !

… De désespoir, il se mit à raconter tout haut ce mauvais tour joué à son compère, ses regrets de ne plus avoir son ami à ses côtés !  Et miracle ! Noël ouvrit les yeux…

On ne sut jamais quelles furent les paroles échangées entre les deux comparses, mais depuis ce jour et au-delà de certains océans, il est encore coutume de dire qu’à Noël, on avoue tout !

 

Yé kric yé krac

Mon histoire est terminée !

Messieurs et dames, merci de m’avoir écouté !

 

 Mimicooh

Previous post

Subventions CTM attribuées à la ville de Fort-de-France

Next post

Le Sénateur Arnell et le projet de loi transports public particulier de personnes.

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *