Société

LES COMMUNIQUÉS DES MAIRES DE MARIE-GALANTE ET DE L’UGTG

Marlène MIRACULEUX-BOURGEOIS – Dr Maryse ETZOL – Jacques CORNANO

La Présidente de la Communauté de Communes de Marie-Galante (CCMG) et les Maires de l’île ont appris avec stupéfaction et indignation qu’une nouvelle convention avait été signée ce lundi 20 février 2017 entre l’Etat, la Région, le Département et le Groupe Albioma, sans tenir compte des réserves qu’ils avaient formulées sur les conditions d’organisation de cette réunion.

Ils s’étonnent de la rapidité avec laquelle l’Etat et la Région acceptent d’allouer à la SA SRMG les aides financières respectives de 1 600 000 € et 850 000 € attendues au titre de l’exercice 2016, alors que depuis plus de 2 mois, la Présidente de la CCMG et les Maires de Marie-Galante n’ont cessé d’interpeller à cet effet Monsieur le Préfet.
Ils dénoncent en conséquence le procès orchestré à leur endroit et les nombreux chantages dont la menace du dépôt de bilan de la SA SRMG en est une manifestation flagrante.

Ils constatent avec consternation que la représentation démocratiquement élue de Marie-Galante a été méprisée. Ils s’interrogent sur l’application en Guadeloupe de l’article 1 de la Constitution qui dispose que l’organisation de la France est décentralisée. En signant cette convention et en dépossédant la CCMG du foncier nécessaire à l’implantation de l’usine thermique pour l’attribuer directement à la Sicama, l’Etat, la Région et le Département ont montré hier que les intérêts privés ont subordonné l’intérêt général en favorisant largement la multinationale Albioma. Par ce coup de force intolérable, c’est la population de Marie-Galante dans son ensemble qui se sent aujourd’hui bafouée. Ce n’est pas nouveau et nous saurons à quoi nous en tenir.

Les élus de Marie-Galante se réjouissent cependant que le « cartel Albioma » ait enfin pris la décision de débloquer la récolte. La CCMG a toujours demandé que celle-ci puisse démarrer dans les meilleurs délais en dissociant les aides apportées aux planteurs et à l’usine de la question du choix d’une centrale thermique. Ils se réjouissent qu’enfin le débat soit limpide et qu’il ne soit plus soumis au chantage du versement des aides d’Etat au secteur cannier…

L’écrasante majorité des élus disent NON à la perspective d’une centrale thermique brûlant du bois importé toute l’année, contraire au respect de la loi de transition énergétique d’août
2015 ;
Le peuple marie-galantais et ses élus affirment leur volonté de faire de Marie-Galante la première ile française autonome en énergie décarbonnée à l’horizon 2020 ;
L’Histoire retiendra que le 20 février 2017, en présence du préfet, du président de Région, et de la présidente du conseil départemental, la légitimité des élus de Marie-Galante a été niée ainsi que la pleine citoyenneté du peuple marie-galantais.

Les élus de Marie-Galante n’ont jamais été fermés au dialogue et avaient proposé la mise en place d’une Commission d’experts indépendants et la consultation de la population pour respecter la volonté des véritables forces vives de Marie-Galante…

Fait à Marie-Galante le 20 février 2017,


 

Sonjé ! En 2012, les ouvriers de l’usine Grand’Anse ont stoppé le travail durant plus d’un mois pour dénoncer l’état de vétusté et la dangerosité de l’usine mettant en danger la vie des ouvriers au quotidien. Pon moun pa lévé yo digad, ni la SRMG (Sucrerie Rhumerie de Marie-Galante), ni l’inspection du travail, ni les élus, ni l’Etat.

Pon moun  ! Bien au contraire, ils ont été, et leur syndicat aussi, traités de fossoyeurs de l’économie sucrière.

Lizin la sé on zatrap, une véritable poubelle, où l’on rassemble les rebuts des usines de Guadeloupe. Voilà l’outil de travail des travailleurs de Marie-Galante.

Sonjé ! A l’époque, la SRMG reconnaissait elle-même l’état de vétusté de l’unité sucrière pourtant relevant de la réglementation des installations classées en déclarant « sur le plan industriel, les équipements de l’usine sont très vieux et obsolètes pour la plupart…

L’usine n’a pas eu d’investissements structurants depuis des décennies et l’usure avancée des équipements existants rend toujours plus incertain le déroulement de chaque nouvelle campagne »…

Ayen  pa Chanjé. Ayen pa fèt. Sonjé !

Déjà fin Juillet 2011, en période d’inter-campagne, où les ouvriers vérifient et réparent les équipements pour la prochaine récolte, le mot d’ordre de la Direction était : « Surtout, ne démontez rien, l’usine redémarrera dans le même état qu’elle s’est arrêtée ». Mais alors, à quoi ont servi les sommes colossales allouées dans le cadre de cette fameuse convention tripartite quand on voit l’état général de cette usine ? En réalité, yo ka manjé lajan-la ant’ yo menm. Avec des sociétés de réparation filiales, des entreprises prestataires appartenant à des actionnaires. Mais surtout en ne procédant à aucune rénovation de l’outil industriel ; leur seul objectif étant dè fè toujis sa ki fo pou lizinn-la maché kan menm é kontinyé mandé lajan otrèman yo ka fèmé.

WI, YO DÉSIDÉ TCHOUYÉ LIZIN LA DÉPI LONTAN !

Une mort programmée, bien organisée… Les choses sont claires. Il y a belle lurette qu’ils ont décidé de mettre fin à l’économie sucrière à Marie Galante selon un scénario bien élaboré. En premier lieu, se partager le contingent de rhum et le quota de sucre entre usiniers de Guadeloupe. Une fois quotas et contingents disséqués, il ne restera qu’à supprimer définitivement la sole cannière de Marie-Galante. Puis viendra le moment de remplacer l’usine à sucre de Grand’Anse en une unité de production d’électricité pou kontiniyé fè lajan si do a Marigalantè !

La polémique actuelle qui oppose les « albiomiais et les etzolistes » n’est qu’un leurre qui masque une tragique réalité » : yo pa bizwen bwoyé kann marigalant pou fè lajan ! – yo désidé tchouyé lizinn-la pour faire de Marie Galante, une ile productrice d’électricité. et pour mieux nous faire avaler la pilule, ils organisent une vaste manipulation autour de deux projets de production électrique.

D’un côté, les « Albiomiais » qui importent du bois pour alimenter leur usine électrique. Et de l’autre, les « Etzolistes» qui proposent une production d’électricité propre à partir de panneaux solaires et d’éoliens, sur des terres agricoles. Pas la peine de faire de grandes écoles pour comprendre que ces deux projets ont un point commun : ils se construisent tous les deux sur les cendres de l’usine, sur la mort de l’industrie sucrière (le poumon économique de l’île) et les milliers d’emplois qu’elle génère (planteurs, ouvriers agricoles, ouvriers industriels, artisans, transporteurs, commerçants, …… f

Fanm, nonm é jénès Marigalant. « Alboliias et Etzolistes » ne se battent pas pour la rénovation de l’unité sucrière, ni pour la création d’une unité sucrière neuve, ni pour le développement de la production sucrière mais pour la mort pure et simple de l’usine de Marie-Galante. Et de nous faire croire à la construction d’une unité thermique adossée à une usine sucrière en ruine .

Il est simplement demande aux marie-galantais de choisir la ceremonie d’obseques de l’usine : incineration avec bois ou avec panneaux solaires.

Paplis ki sa ! Arété pran nou pou kouyon ! Fini la production de sucre, fini l’activité sucrière, fini le développement économique et social lié à l’industrie sucrière, fini des milliers d’emplois directs et indirects.

C’est la mort annoncée de Marie-Galante et des MarieGalantais mais pas pour tout le monde car pour les « albiomiais », Marie-galante devient une grosse pile électrique. pour les « etzolistes », une île paradisiaque pour retraités fortunés d’europe ou des usa. et les marie-galantais dans tout ça ? chomage de masse, exode massif, …. et a terme, une ile sans marie-galantais…. nou pa lwen !…

Non, Moun Marigalant pa modi.

L’UGTG adan larèl é lèspri a Marigalant Péyi Doubout : –

pau 1
Previous post

la Conférence Olivaint reçoit Georges Pau-Langevin

sciences Ô
Next post

La semaine des Outre-mer à Sciences Po

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. MAURICE
    mars 4, 2017 at 20:43 — Répondre

    l’article sur l’usine de marie galante est tres bien redigè, la pagination est tres bien mise en place, foce les hommes ! !

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *