Société

Comment une poignée de manifestants ont pris le programme spatial européen en otage

Un article « How a handful of South American protestors took Europe’s space program hostage »dans Quartz Media par Peter D’Auria.

ariane 1

@ArianeEspace

Le centre spatial de la Guyane à Kourou, en Guyane française, un petit territoire coincé au nord de l’Amérique du Sud entre le Surinam et le Brésil recevait des visiteurs inattendus dans l’après-midi du 4 avril.

Une marche de protestation, estimée à environ 10 000 personnes, se tenait aux portes du centre spatial et, chantant le cri de ralliement de leur mouvement, « Nou bon ké sa », approximativement « nous en avons assez », en créole guyanais…

Dans une tentative apparente pour désamorcer les tensions, une délégation de manifestants et dirigeants syndicaux avait été invitée à parler avec le directeur du centre spatial. Ils refusaient ensuite de partir. « Nous ne bougerons pas », déclarait Manuel Jean-Baptiste, un manifestant, au directeur du centre, selon l’Agence France-Presse. « Nous voulons les milliards que nous avons demandés ».

L’occupation impromptue fait partie d’un vaste mouvement de protestation contre les conditions de vie dans ce département français d’outre-mer, d’un statut politique équivalent à celui d’un état américain. Il s’agissait d’attirer l’attention de l’Europe, a déclaré Jean-José Mathias, employé du centre spatial et membre du syndicat ouvrier guyanais.

« C’était une action symbolique pour sensibiliser la France et l’Europe aux problèmes du département », a-t-il déclaré à Quartz. La Guyane française a un taux de chômage deux fois supérieur à celui de la France, et un taux d’homicide 14 fois celui du continent.

Pour la poignée de manifestants de cette terre d’Amérique du Sud, principalement habillés de t-shirts noirs et de balaclavas, attirer l’attention des gouvernements européens pourrait sembler un objectif improbable. Mais leur mouvement est déjà une réussite, en grande partie grâce à cette carte maitresse dans les négociations. En bloquant les lancements au Centre spatial guyanais, les manifestants menacent en effet l’ensemble du programme spatial européen.

Pendant plus de trois semaines, la Guyane française a été effectivement bloquée par des manifestations et une grève générale… Le mouvement est une réaction aux problèmes chroniques du département. Outre le chômage et la criminalité, les salaires sont en moyenne d’environ un tiers inférieur à ceux du continent, mais le coût de la vie, en particulier celui de la nourriture, est nettement plus élevé. Le territoire produit peu de nourriture et de nombreux produits sont importés d’Europe.

Les infrastructures, elles aussi, manquent cruellement. Les routes sont peu nombreuses et en mauvais état. Dans l’intérieur du pays, les gens se déplacent par canoës, hélicoptères ou avions de brousse. Selon le bureau gouvernemental de l’eau, près de 20% de la population manque d’accès direct à l’eau potable, et les services médicaux et les écoles sont inaccessibles pour plusieurs résidents du territoire.

« Les jeunes n’ont pas d’avenir », a déclaré à Quartz Davy Rimane, secrétaire général de l’Union des travailleurs de l’éclairage de Guyane. « Les entreprises ferment leurs portes ».

« Une fois que la Guyane française est devenue un département, elle a lancé des plans pour le développer. Mais ils n’ont pas réussi à élever des conditions de vie comme en France « , a déclaré Serge Mam Lam Fouck, historien et professeur à l’Université de Guyane française.

Malgré ses problèmes, la Guyane française possède le PIB par habitant le plus élevé en Amérique du Sud, 15 820 € en 2014. Avec ses liens vers l’Europe continentale, la Guyane française est depuis longtemps une destination attrayante pour les migrants du Surinam, du Brésil et d’Haïti. Dans les années 1960, la population du département était d’environ 60 000; Maintenant, il compte 250 000 habitants, dont plus d’un tiers des habitants nés dans d’autres pays. Cette migration a exacerbé les problèmes du territoire…

@ArianeEspace

@ArianeEspace

Malgré ses infrastructures en ruines, le territoire abrite certaines des technologies les plus avancées au monde. En 1965, la construction du Centre spatial de la Guyane a débuté et la première fusée a été lancée en 1968. L’année dernière, CSG – un acronyme du nom français Centre Spatial Guyanais – était le deuxième port spatial le plus occupé au monde après Cap Canaveral aux États-Unis États.

Onze lancements orbitaux différents ont eu lieu en 2016. Arianespace, la société européenne a été parmi les organisations de lancement les plus fréquentées au monde, lançant un peu moins de roquettes que son concurrent américain United Launch Alliance et correspondant à la Par en Chine.

Arianespace appartient essentiellement à l’industrie aérospatiale d’Europe; La France possède la majeure partie de son capital par le biais d’une coentreprise entre Airbus et Safran Launchers, avec la deuxième plus grande part détenue par des entreprises allemandes. Parce que CSG est son principal site de lancement, l’Agence spatiale européenne et l’agence spatiale nationale française ont également investi dans des installations.

Pourquoi les lancements d’espaces européens se produisent-ils à des milliers de kilomètres d’Europe ? Les lancements sont plus faciles à proximité de l’équateur, où les fusées peuvent tirer profit de la rotation de la Terre pour une impulsion supplémentaire. L’éloignement de la zone et sa proximité avec l’eau libre signifie que les débris provenant des lancements égarés sont moins susceptibles de causer des dommages. Le territoire ne connait pas de tremblement de terre ou de tempête tropicale.

Pour le moment, cependant, il souffre d’agitation politique. L’année dernière, Arianespace a gagné 1,4 milliard d’euros pour ses onze lancements; Et les revenus similaires des neuf derniers lancements prévus cette année sont maintenant en péril.

« Les opérations et les lancements devraient reprendre dès que les conditions de la Guyane française le rendent possible », a déclaré à Quartz un porte-parole d’Arianespace.

Un écart de revenus pourrait signifier des retards dans le développement de la fusée de la prochaine génération de l’entreprise, Ariane 6, conçue pour rivaliser avec de nouvelles roquettes à bon marché conçues aux États-Unis. Des troubles prolongés en Guyane française pourraient même rendre les opérateurs satellites réticents à embaucher l’entreprise pour survoler leurs satellites coûteux.

« Si nous pouvons reprendre les campagnes de lancement dans les prochains jours, nous pourrions faire nos douze lancements prévus pour 2017, si tout va bien pour le reste de l’année », a déclaré Daniel Neuenschwander, directeur du transport spatial pour l’Agence spatiale européenne , A déclaré Quartz. « Si nous manquons que dans les deux prochaines semaines, nous mettons sérieusement en danger les douze lancements. Nous ne le saurons qu’à la fin du conflit. J’espère sincèrement qu’il se termine bientôt. « 

La prochaine mission de l’ESA prévue pour lancer à partir de CSG est un satellite de communication en octobre, mais les reports de satellites commerciaux attendus en avril et en juin pourraient signifier une cascade de retards sur l’ensemble du calendrier.

Neuenschwander a décrit l’investissement de l’Europe dans le port spatial comme un coup de pouce pour la Guyane française et le programme spatial, estimant qu’environ 15% de la production économique du pays est reliée au port spatial.

Les avantages économiques ou non, le centre spatial est devenu un point focal de ressentiment dans le département. Le sens général est que la France continentale («la métropole») est indifférente aux besoins de la population guyanaise française et sa préoccupation sur le territoire s’étend seulement au centre spatial. Mais cette préoccupation signifie que le centre spatial est également la source d’influence la plus puissante du mouvement.

« C’est une industrie mondiale numéro un. Et juste à côté, dans Grand-Santi, dans Sinnamary [les villes voisines], il n’y a pas d’eau potable, il n’y a pas d’électricité », a déclaré Bertrand Razan, un manifestant qui a travaillé sur un barrage devant l’université. « Cette situation n’est pas durable. Ce n’est pas normal. »

« Il existe des rails pour transporter des satellites sur une fusée, et il n’y a pas de train, pas de métro, pas de bus de nuit », a déclaré Stéphane Miatti, une réceptionniste lors d’une manifestation du 29 mars à Cayenne.

Ce sentiment d’injustice a même influencé le choix du nom du groupe derrière les protestations: « Pou Lagwiyann ​​Dékolé », une phrase créole à peu près traduisible comme « Laisser la Guyane s’élever ». C’est une touche sur l’un des reflets du mouvement, tiré de Une piste de protestation de 17 ans du rapper guyanais Freaky Fan: «La fusée décolle mais la Guyane reste au sol», «la fusée décollera, mais la Guyane française reste au sol»…

Previous post

Le sport en Martinique

melenchon
Next post

Le programme de Jean Luc Melenchon pour les Outre-mer

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *