Société

Comment la Croix Rouge a récolté 1/2 milliard de dollars pour Haïti — et construit six maisons

Un extrait d’article hallucinant de Justin Elliott et Laura Sullivan sur ProPublica

Fin 2011, la Croix-Rouge a lancé une campagne de plusieurs millions de dollars destinée à réhabiliter le quartier de campêche à Port au Prince, durement frappée par le tremblement de terre… Ce programme – intitulé LAMIKA, acronyme de Lavi Nan Miyò Katye Pam ou « Une meilleure vie dans mon quartier »– avait pour but principal la construction de plusieurs centaines de maisons permanentes.

À ce jour, aucune n’est encore sortie de terre…

Après le séisme, la Croix-Rouge a reçu une avalanche de dons dont le total s’élevait à près d’un demi-milliard de dollars. Elle s’est réjouie publiquement des résultats obtenus. Pourtant, le groupe a enchaîné les échecs sur le terrain en Haïti. Des mémos confidentiels, des e-mails de responsables inquiets et les témoignages frustrés et déçus de dizaines de personnes en interne révèlent une succession de promesses non tenues, de gaspillages financiers et de prétendues réussites.

La Croix-Rouge prétend avoir fourni des maisons à plus de 130 000 personnes. En réalité, le nombre de logements permanents effectivement construits est de… six.

Après le tremblement de terre, la PDG de la Croix-Rouge américaine, Gail McGovern, a dévoilé un plan ambitieux destiné à « développer de toutes nouvelles communautés ». Aucune n’a jamais vu le jour.

Les organisations humanitaires du monde entier ont rencontré des difficultés pour aider Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, à se remettre du séisme. Mais l’enquête de ProPublica et de la NPR révèle que la Croix-Rouge est directement responsable de la majorité de ses échecs. Ces derniers s’inscrivent par ailleurs dans un schéma récurrent de travail bâclé après des catastrophes naturelles… Pourtant, malgré ces difficultés, la Croix-Rouge demeure l’ONG préférée des citoyens et des entreprises américains dans ce type de circonstances.

De l’avis des intervenant concernés, dans le cas d’Haïti, le problème est en partie lié au choix de la Croix-Rouge de faire appel à des étrangers ne parlant ni français ni créole.

Dans un mémo accablant datant de 2011, Judith St Fort, responsable du programme Haïti à l’époque, déclare que le groupe enchaîne les échecs et que certains cadres supérieurs ont fait « des remarques très dérangeantes » au sujet des employés locaux. Américaine d’origine haïtienne, St Fort cite ainsi des commentaires comme « il est le seul d’entre eux à vraiment travailler » ou « ceux que nous avons engagés ne sont pas très costauds ; nous ne devrions donc pas nous attarder sur les CV haïtiens ».

La Croix-Rouge refuse de communiquer sur la façon dont les centaines de millions de dollars de dons ont été dépensés en Haïti. Mais l’ enquête révèle que les montants ayant réellement bénéficié aux victimes sont bien inférieurs à ce que le groupe déclare.

Faute d’avoir l’expertise nécessaire pour mener ses projets à bien, la Croix-Rouge a fini par reverser une grande partie de l’argent récolté à des sous-traitants. Ces derniers ont prélevé un pourcentage pour leurs frais de fonctionnement et de gestion. Et même dans ces cas-là, les dépenses de la Croix-Rouge restaient élevées – allant jusqu’à représenter un tiers du budget de l’un de ces projets…

« Des millions d’Haïtiens sont plus en sécurité, en meilleure santé, plus résistants et mieux préparés à d’éventuelles futures catastrophes grâce aux dons généreux reçus par la Croix-Rouge américaine », insiste McGovern dans un récent rapport publié à l’occasion du cinquième anniversaire du tremblement de terre.

Dans sa documentation promotionnelle, la Croix-Rouge prétend avoir aidé « plus de 4,5 millions » de citoyens haïtiens à « se remettre sur pied ». Elle ne fournit toutefois aucune preuve de ce qu’elle avance. Et Jean-Max Bellerive, premier ministre d’Haïti au moment du séisme, doute de la véracité de ce chiffre dans la mesure où la population totale du pays ne s’élève qu’à une dizaine de millions de personnes…

A lire la suite sur ProPublica

 

 

 

Previous post

Prix de vente des hydrocarbures à La Réunion

Next post

ÉGALITÉ RÉELLE: VOTEZ CONTRE LES DISCRIMINATIONS ET POUR LA SANTE

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *