Divers

Christiane Taubira : Plus on regarde le monde en face et plus s’impose le combat de fraternité et d’égalité

En décembre 2017, un jury composé de hautes personnalités belges et françaises a décerné le Prix international des Droits de l’Homme de la Revue trimestrielle des droits de l’homme à Christiane Taubira, pour son livre « Nous habitons la terre » dans lequel elle s’indigne des inégalités et des violences qui règnent sur notre planète.

Elle y déclare que « Les mots nouveaux sont de vieux mots. Crise. Compétitivité. Progrès technique. Intégration. Assimilation. Consensus. Sacrifices. Terrorisme. Civilisation. Barbarie. Les ficelles sont usées mais tiennent encore. Mise en cause. Mise au ban. La méthode éprouvée est l’intimidation. Cependant, tout n’est pas perdu. Il nous reste d’anciens mots qui sont encore tout neufs et que nous devons réhabiliter. Dialogue. Débat. Diplomatie. Sûreté. Il ne tient qu’à nous de réapprendre à penser le monde et notre action sur le monde autrement qu’en anathèmes et en bombardements… »

Christiane Taubira s’est déclarée « très très émue et très heureuse de recevoir ce prix dans ce lieu solennel qu’est la cour de cassation de Bruxelles, capitale de l’Europe »  mercredi 7 fevrier au soir, des mains du rédacteur en chef de la Revue trimestrielle des droits de l’homme, Frédéric Krenc.

« Je reçois ce prix avec humilité car ses fondateurs en font un prix littéraire, mais avec fierté et une profonde émotion. Plus on regarde le monde en face et plus s’impose le combat de fraternité et d’égalité »

« La responsabilité politique est immense concernant l’état du monde. Alors qu’on voit la prolifération de murs et la tentation de créer de nouvelles frontières, la paix et la fraternité sont non seulement souhaitables mais aussi possibles »…

« Toutes nos sociétés sont plurielles et elles le seront de plus en plus, parce que le monde est de plus en plus en contact. Il faut consentir à la réalité de nos sociétés plurielles. Chacun porte en lui sa source, son histoire… Nous avons tout intérêt à inventer des façons de vivre dans ces sociétés plurielles ».

 

Previous post

DEUX FEMMES REVOLTEES A MAYOTTE : Quand Nathacha répond à Jeanine

Next post

L'avenir de l'audiovisuel public au sein de France Télévisions n'est pas rose

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *