Société

Christiane Taubira : Personne ne peut ni ne doit vous chasser de la scène

Cette dernière semaine, , je vous disais que j’étais un peu triste pour celles et ceux d’entre vous qui vivaient leur première campagne.

A cause de ces éclaboussures qui venaient des démêlés financiers et judiciaires d’une candidate et d’un candidat. Mais j’ajoutais aussitôt parce que l’optimisme est de votre âge mais aussi du mien, que finalement c’est un baptême du feu et qu’il fallait revigorer vos ardeurs.

Aujourd’hui je viens à vous pour vous inviter à aller voter dimanche 7 mai et à voter Macron.

Je ne vous parle pas d’adhérer à son programme, moi-même je n’y adhère pas. Et en matière électorale, l’adhésion est affaire de premier tour.

Je ne vous propose pas de vous laisser envoûter, moi-même je préfère les arguments aux incantations.

Je ne vous dirai pas non plus que si vous n’y allez pas, ce sera l’Apocalypse, ça ressemblerait à du chantage même si à coup sur, le FN rendrait la société française plus vulnérable, plus divisée, plus meurtrie, l’Europe plus faible, le monde plus dangereux.

Je ne vous invite pas à un geste d’enthousiasme mais à un acte de raison. Et en réalité je ne vous parle pas des candidats.
Je vous parle de vous, de nous, des années qui viennent.

Vous avez été nombreux à vous engager au premier tour auprès d’un candidat ou d’un autre. Et vous avez donné à leur campagne une tonalité joyeuse et conquérante.

Personne ne peut ni ne doit vous chasser de la scène. Les années qui viennent vous appartiennent.

Vous pouvez faire du vote de dimanche si vous êtes nombreux et visibles, non un acte d’allégeance ou une délégation, mais l’affirmation de votre présence et de votre volonté.

Si M. Macron l’entend, nous verrons bien, mais cela signifierait que nous l’avons fait plus grand qu’il n’était, et ce sera tant mieux pour nous tous.

S’il ne l’entend pas, nous serons là pour le lui rappeler aussi souvent que nécessaire, aussi bruyament que nécessaire, aussi résolument que nécessaire. Et puis une dernière chose, mon propos est totalement libre.

Aucun contact, aucun calcul, je n’offre rien, je ne demande rien.

Mon seul souci, c’est vous, c’est nous, ce qu nous entendons être et ce que nous entendons être au monde

Oh Lord please don’t let me be misundestood (Oh Dieu, s’il te plait ne me laisse pas être mal comprise. Nina Simone)

Previous post

Les journalistes guyanais rapellent au respect de la liberté de la presse

Next post

PAS DE CONSIGNE DE VOTE POUR LE PCG

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *