Evénements

Chicanos : Au Noël solidaire, j’ai assisté à une communion intergénérationnelle

Et si c’était Chicanos la vraie star de ce Noel Solidaire 2017 au Paris Event Center à la porte de la Vilette samedi 9 décembre sans faire injure aux Fanny J, Paille, Benzo, Anthony Drew et autres ? Avec son célèbre slogan « Blickaw Blickaye Guili Guili Chatouillé yo » il a allumé le feu.  Entre deux prestations, l’animateur vedette de Canal 10 a témoigné de sa confiance envers la jeunesse de nos îles.

Sur scène avec Benzo et Edwing Laupen

97L : Chicanos, redis-moi encore ton leitmotiv de la soirée : Jénès en nou bel !

Je me bats pour toutes les Antilles, Guadeloupe, Martinique, Guyane, Dominique, Réunion, Haiti, Pep la Karayib, all Caribean people, tous nos jeunes. Le message que je veux délivrer est que nous avons la même histoire, nous sommes tous frères et sœurs. Nous formons une famille. Il faut que nous montrions nous les jeunes, qu’on peut se rassembler, construire pour un but commun, qu’on peut faire de belles choses au lieu de dire trop souvent que la jeunesse est en perdition, qu’elle est dans la rue et désœuvrée.

Les jeunes qui font des choses intéressantes, il faut les valoriser, pour donner aux autres l’envie d’entreprendre à leur tour. Chacun a des envies, des désirs de réussite dans des domaines différents. Oui, je suis fier d’appartenir à ce peuple. Pep en mwen bèl tou bonemen !

97L : Tu sembles être transcendé par cet événement.

C’est un weekend exceptionnel pour moi. Quitter la Guadeloupe vendredi, être là ce soir et demain dimanche de retour, je raconterai ce qui se passe ici. Plus de 8000 personnes présentes ! Des étudiants guadeloupéens, loin de leurs parents donnent de leur personne dans un but caritatif pour venir en aide aux démunis de Saint-Martin tout en faisant plaisir à leurs compatriotes. La démarche est déjà louable. Mais quand je vois d’autres jeunes d’autres contrées les soutenir, je me dis que le résultat est magnifique. Yo fey !

J’ai perdu ma voix, je me suis donné au maximum pour cette jeunesse, mais avec fierté, espoir et détermination. Nous travaillons ensemble. J’ai vu ce soir la tradition et la modernité se côtoyer sans problème. Le respect de la tradition avec les reprises des cantiques, puis la nouvelle génération d’artistes prendre le relais avec humilité. J’ai assisté à une communion intergénérationnelle. Et cela fait du bien de le voir à 8000 km de nos terres.

Au milieu du public avec un pas de quadrille soutenu par la troupe Madi et Kéra

97L : Est-ce un message que tu lances ?

Ce soir ce n’est pas qu’un rassemblement de chanté nwel. La vérité est ailleurs et la symbolique est forte. Je ne crois pas me tromper pas en disant qu’il faut prendre exemple sur ce que l’on voit ici. Dans notre pays il y a l’amour, le savoir faire, mais il faut donner à la jeunesse la possibilité de s’épanouir. Mon message sera celui ci : Ba la jénès chans ay !

Ce soir, tu m’interviewes. Ok ! Mais qu’ai-je fait à part mon travail ? Les organisateurs, l’AJEG depuis combien de temps préparent-ils ce rendez-vous. Et au petit matin, ils seront encore là. Regarde ces bénévoles qui passent dans le public ramasser les détritus. Ils n’ont pas l’honneur des applaudissements mais leur travail est indispensable. Moi je dis : Respè pou yo ! Nou bisoin tout moun.

Alors, accompagnons leurs initiatives, permettons-leur de progresser, laissons les prendre le relais des anciens. Pa met baton en rou a yo pou nou pé ay douvan !

 

Previous post

Ne mettre aucune majuscule, n’est ce pas une marque d’irrespect ?

Next post

Avant Première le 12 décembre à Bagnolet

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *