Société

Cédric Cornet : Je suis déterminé à redonner au Gosier ses lettres de noblesse

On le disait rangé des affaires politiques, mais c’était mal connaître l’homme qui aujourd’hui brigue la mairie du Gosier.

« Je suis déterminé à combler le retard accumulé par la ville ces 40 dernières années et à redonner à la ville ses lettres de noblesse. Comment comprendre que le Gosier qui prétend être une ville touristique puisse souffrir depuis des lustres d’un manque d’eau criant dans les robinets. Cette situation est intolérable. C’est pourquoi j’ai décidé avec mon équipe qu’en cas de succès, tant que la situation ne redeviendra pas à la normale, ni le maire, ni les adjoints, ni les conseillers municipaux ne percevront une quelconque indemnité. Nous ne sommes pas là pour s’enrichir sur le dos du peuple qui souffre, mais au contraire pour leur apporter un minimum de bien-être. Cet argent sera reversé pour moderniser l’acheminement de l’eau dans notre commune partout où elle fait défaut. »

Cédric Cornet n’a rien perdu de sa pugnacité et affirme qu’au niveau touristique, le Gosier se situe derrière Sainte-Anne et Saint-François alors que le territoire est riche d’atouts naturels tant à l’intérieur des terres, en centre-ville ou sur le littoral. Pour cet homme qui avoue ne pas avoir peur des boules puantes qui vont jalonnées sa campagne, il avoue que la non-participation du maire en place à sa propre succession, n’est qu’un aveu d’échec de sa mandature.

Pour arriver à conquérir la mairie du Gosier, il fait confiance à des hommes et des femmes qui l’ont toujours soutenu alors qu’il traversait une passe difficile. En tout cas, il affirme que sa liste est prête et représentative de l’ensemble de la population.

Quant à savoir s’il ne souffre pas de séquelles suite à ses démêles avec la justice, il avoue qu’il a suffisamment de courage pour ne pas se laisser atteindre par le qu’en-dira-t-on et ajoute : « Quand on s’appelle Cédric Cornet, on polarise sur son nom, sans raison apparente beaucoup de choses qui sont négatives, mais c’est certainement la raison du succès car ceux dont on ne parle pas, ce sont ceux qui ne font rien. L’avenir m’intéresse bien plus que le passé »

 

Luc Bernardini

Previous post

Pierre Saintons : quand depuis l'enfance on est bercé par la rhétorique France pays des droits de l’homme, on a tendance à se laisser anesthésier

Next post

Le dėcret d'adhésion de la Guadeloupe à l'OECO

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *