Société

CE SONT DES AFRICAINS QUI SONT RESPONSABLES DE LA TRAITE DES NOIRS EN LIBYE !

CE SONT DES AFRICAINS QUI SONT RESPONSABLES DE LA TRAITE DES NOIRS EN LIBYE !

ON NOUS A MENTI, ou on ne nous a pas tout dit ! Oui, les Nigerians autant que les Libyens sont responsables de la traite des migrants en Libye !

Julie Donli, Directrice de l’Agence Nationale pour l’interdiction de la traite des êtres humains le confirme ( Le Monde du 22/12/2017). Après la diffusion par CNN d’une vidéo montrant un marché d’esclaves en Libye, et l’émotion unanime de citoyens, vient le temps de la froide analyse rationnelle, et tous les témoignages recueillis sont souverains.

Le fait que des Africains participent au XXI ème siècle, à ce trafic d’êtres humains est inconcevable pour beaucoup d’entre nous, mais ne souffre d’aucun doute.

Les passeurs nigérians, qui ont promis aux aspirants migrants de les acheminer vers l’Europe, une fois ces derniers arrivés à la frontière libyenne, les parquent dans des centres clandestins. « Les migrants sont pendus par les pieds, on leur fait couler le sang, avec le téléphone à l’oreille, en appelant leurs proches jusqu’à ce qu’ils paient les sommes sur des comptes domiciliés au Nigéria ». Certains meurent, et ceux dont les proches ne peuvent pas payer sont vendus à des Libyens, « qui travaillent main dans la main avec des passeurs ».

Imaginez que ces infortunés migrants aient « la chance » de parvenir à Tripoli. Ils risquent à tout moment d’être enfermés dans les centres de détention « officiels » gouvernementaux libyens, d’où on les extrait pour servir d’esclaves. Les Libyens viennent les chercher pour travailler gratuitement, «  comme des esclaves ». Le comble du cynisme, c’est que ce sont les agents de l’ambassade du Nigeria en Libye, qui réclament à leur tour une caution pour sortir les malheureux de l’enfer.

Nous avons consulté INFO MIGRANTS du 23/11/2017, qui relate le rapatriement de 250 migrants camerounais à Yaoundé.

Voici le témoignage de Maxime NDONG, l’un des migrants. « Les Libyens n’ont aucune considération pour les Noirs. Ils nous traitent comme des animaux. Ils violent les femmes. Nous étions entassés dans les entrepôts. Nous étions bastonnés. Nous ne mangions pas. Il n’y avait pas d’eau… Il y a le commerce des Noirs là-bas. Il y a des gens qui veulent des esclaves comme ça se passait à l’époque de la traite négrière. Ils viennent en acheter. Si vous résistez, ils tirent sur vous… ».

Prince, un autre migrant de 16 ans, précise : » Ils nous vendent comme si vous alliez au marché acheter des tomates ».

Mais on ne peut même pas accuser l’Etat libyen, car celui-ci d’après tous les observateurs, est une fiction. Le pays est aux mains de milices armées, de bandes mafieuses, de puissantes tribus, le chaos est la norme, et la seule loi qui règne est celle du plus fort.

Oui, l’homme Arabe n’aime pas les Noirs. Nous ne faisons que reprendre un des sous-titres de l’article du journal LE MONDE , cité en introduction.

ALIMANA BATHILY dans SENEWEB du 22/11/2017 dresse une liste non exhaustive de ce racisme primaire, qui s’exprime avec l’assentiment des organisations locales des droits de l’homme.

Le mot utilisé pour désigner une personne noire, est abd  (esclave) et kalouch (nègre). Au Maroc, le magazine Maroc Hebdo titrait sur « LE PERIL NOIR » !. Application pratique à Tanger, le 29/08/2014, des migrants subsahariens ont été victimes d’une attaque à la machette . Bilan : un tué, 14 blessés graves.

En Algérie, on assiste régulièrement à de véritables chasses à l’homme noir, comme l’a souligné la chaîne de télévision France 24.

En Egypte, des affrontements à Assouan de 4 jours ont fait 26 morts le 29 avril 2014.

Rebecca TINSLEY , in The Huffington Post du 9/09/2011, dans son article « ARAB RACISM : The Great Taboo », relatait comment les Noirs Africains qui travaillent en Egypte, en Algérie et en Libye, sont physiquement agressés, ridiculisés.

Le Monde Afrique du 7/09/2011faisait état de témoignages et rapports de Human Rights sur des centaines de civils tués ou torturés dans les pays arabes en raison de leur couleur de peau.

Dans un rapport du 11/04/2017, l’OIM (organisation internationale pour les migrants) révélait qu’un nombre croissant de migrants transitant par la Libye sont vendus sur des marchés aux esclaves avant d’être soumis au travail forcé ou à l’exploitation sexuelle.

Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Et ce sont les dirigeants des Etats africains qui sont en premier lieu responsables de la traite en Libye, concluait Alimana BATHILY. (incompétence, prévarication, complicités multiples).

Previous post

Les voeux d'Alfred Marie-Jeanne à la population Martiniquaise

Next post

Guadeloupe : Pa ni travay', pa ni lajen', pa ni dlo !

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *