Société

Ce n’est pas une émeute : c’est une révolution !

Le meurtre de George Floyd par la police, a déclenché une vague de protestations à travers le pays, devenant incontrôlable dans plusieurs villes. Après les meurtres d’Ahmaud Arbery et de Breonna Taylor, celui de Floyd, le dernier d’une série interminable, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, déclenchant un tsunami de fureur jusque là refoulé face à toutes les injustices de la société américaine. Cette colère s’est exprimée accidentellement – bien que le meurtre de Floyd ne soit pas accidentel.

À Minneapolis, la police a utilisé des armes anti-émeute (gaz lacrymogène, grenades à choc) contre des manifestants pacifiques. Elle a finalement dû évacuer le troisième district (du flic tueur) face à une foule furieuse, qui y a ensuite mis le feu. Les scènes de policiers fuyant le poste, avec des voitures de patrouille passant par les portes du parking pour s’échapper, rappelaient l’évacuation de l’ambassade américaine à Saïgon.

Face à une meute d’enragés, les corps armés ont été contraints de fuir pour sauver leur vie. Après cinq nuits de manifestations au Minnesota, le maire a déclaré un couvre-feu – immédiatement rompu par les manifestants, entraînant incendies et pillages, mais il est évident que la plupart ont été orchestrés par des agents de police infiltrés et des extrémistes de droite afin de justifier une répression encore plus sévère. Une foule s’est rassemblée devant le cinquième poste de police, menaçant de l’incendier également. La Garde nationale et les soldats sont également dans les rues de Minneapolis, essayant de faire respecter le couvre-feu et de reprendre le contrôle de la situation. A l’origine, 500 Gardes nationaux avaient été appelés par le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, ce chiffre a été porté à 1 700. Les services américains des douanes et de la protection des frontières ont également utilisé un drone de surveillance pour recueillir des informations sur le déroulement des manifestations.

Alors que le Minnesota reste l’épicentre de la crise, les manifestations se sont étendues à au moins 22 villes. À Détroit, il y a eu de grands rassemblements et un manifestant de 19 ans a été abattu lors d’une attaque en voiture, probablement perpétrée par un « justicier » de droite. À New York, des heurts ont eu lieu avec la police lorsque des manifestants ont défié l’interdiction de manifestation en raison du COVID-19 et un fourgon de police a été incendié à Brooklyn. En Californie, des autoroutes ont été fermées à Oakland, San Jose, Los Angeles et des manifestants ont attaqué des voitures de patrouille de police.

À Atlanta, des voitures de police ont été incendiées et l’état d’urgence déclaré, la Garde nationale déployée. Des manifestants se sont confrontés à des policiers à l’extérieur du bâtiment de CNN qui abrite également un poste de police.

À Washington DC, la Maison Blanche a été brièvement verrouillée et il y a eu des échauffourées entre les manifestants et les services secrets sur les barricades jusqu’au petit matin. A Phoenix, les manifestants ont défilé pour Dion Johnson, un homme noir de 28 ans, tué par un officier de l’Arizona dans une altercation aux détails obscurs.

De même, à Louisville, il y a eu de grandes manifestations après l’assassinat de Breonna Taylor par la police : une technicienne médicale noire de 26 ans, abattue dans son appartement alors qu’elle dormait. La police poursuivait un homme qui ne vivait pas dans son appartement – et il s’est avéré qu’il avait déjà été arrêté. Lorsque la police est entrée dans l’appartement de Taylor à l’improviste, son petit ami a tiré avec une arme à feu pour se défendre. En réponse, la police a tiré plus de 20 coups de feu : 8 d’entre eux ont touché Taylor. En réponse, une foule en colère a mis le feu au palais de justice.

La réaction maladroite et hypocrite des autorités n’a fait que mettre de l’huile sur le feu. Dans une démonstration du racisme inhérent à la police, une équipe de CNN dirigée par un journaliste noir latino a été arrêtée en direct par la police alors qu’elle filmait les manifestations à Minneapolis. Une autre équipe avec à sa tête un blanc, à elle été autorisée à couvrir la même manifestation. À Louisville, la police a usé des gaz lacrymogènes contre la foule et tiré des balles en caoutchouc sur une journaliste alors qu’elle était en direct.

Les foules de manifestants sont bigarées, noirs, blancs, jeunes, semblables à l’apogée du mouvement Black Lives Matter. Les discours politiques se sont cependant radicalisés, avec la catastrophe économique qui a frappé des dizaines de millions d’Américains. À l’époque, il y avait beaucoup de discussions sur comment rendre la police plus responsable : caméras obligatoires, commissions d’examen communautaire, etc. En réalité, le taux de meurtres par la police de Noirs non armés ne s’est jamais autant accélérée qu’au cours des six dernières années. Maintenant, les manifestants incendient les postes de police – un acte d’insurrection de facto. A Minneapolis, les organisateurs ont déclaré : « ce n’est pas une émeute, c’est une révolution ! »

L’importance de ce mouvement et les dangers qui en découlent ont été bien identifiés par la classe dirigeante. Comme l’écrivait le Washington Post : «le tumulte, situé dans le contexte plus large de la double urgence sanitaire et économique, pourrait marquer une rupture aussi dramatique que des tournants marquants de l’histoire du pays, de la dislocation économique de la Grande Dépression aux convulsions sociales. de 1968 ».

Ces scènes ne sont pas habituelles aux États-Unis. Si vous regardez ces vidéos sans en connaitre le contexte, vous pourriez penser que cela se produit, non chez la 1ère puissance impérialiste du monde, mais au Chili, au Liban ou en Algérie. Ce à quoi nous assistons est  l’étincelle à l’origine de l’explosion de colère qui s’accumule depuis longtemps, intensifiée par la dernière crise du fait de la pandémie de coronavirus. Il y a un parallélisme à etablir ici avec l’immolation de Mohamed Bouazizi en Tunisie, événement qui a déclenché le printemps arabe et levé le voile sur la colère bouillonnante face aux mille et une injustices qui s’étaient accumulées à travers le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

La presse bourgeoise continue de couvrir la destruction des biens et le pillage dans le but de retourner l’opinion publique contre les manifestants. Le maire Jacob Frey à Minneapolis a prononcé un discours hypocrite et insultant, réprimandant les manifestants : «Il n’y a pas d’honneur à incendier votre ville. Il n’y a pas de fierté à piller. » Mais la classe ouvrière organisée se montre solidaire de cette expression de rage populaire. Les chauffeurs de bus syndiqués de Minneapolis ont refusé de collaborer avec la police, qui voulait utiliser leurs véhicules pour des arrestations massives des manifestants. La même réaction s’est produite à New York, où un chauffeur de bus a déserté son véhicule après que la police l’ait réquisitionné pour transporter ceux qu’ils avaient arrêtés.

De manière prévisible, Trump en a rajouté. Dans une tentative transparente de doper sa base réactionnaire de soutien avant les élections, il a jeté son soutien derrière les forces de l’ordre. Il a tweeté que les manifestants sont des «PENCHES» qui «déshonorent la mémoire de George Floyd». Il a ajouté: « Lorsque le pillage commence, le tournage commence », citant le chef de police notoirement raciste de Miami, Walter Headley, qui a prononcé ces mots en 1967.

Ce ne sont pas des menaces en l’air. Avant même que le coronavirus ne bouleverse tout, la classe dirigeante américaine s’était préparée à une escalade des troubles civils à mesure que la crise du capitalisme s’accélérait. Il utilisera tous les moyens nécessaires – officiels et extrajudiciaires – pour maintenir son pouvoir. En marge de la brutalité policière, il y a déjà eu des cas de violence de l’extrême droite contre des manifestants, comme une fusillade en voiture à Détroit.

Suite à un ordre du Pentagone, la police militaire et les troupes régulières ont été mises en alerte dans plusieurs bases. Les soldats de Fort Bragg en Caroline du Nord et de Fort Drum à New York ont ​​reçu l’ordre d’être prêts à se déployer dans les quatre heures au cas où. Ces forces seraient utilisées en vertu de l’Insurrection Act de 1807, qui donne au président le pouvoir de déployer des troupes fédérales dans n’importe quel État pour réprimer «toute insurrection, violence ou complot». La dernière fois que cette loi a été invoquée, c’était en 1992 afin d’étouffer le soulèvement à Los Angeles déclenché par l’acquittement des policiers qui avaient lynché Rodney King.

Mais loin de décourager les foules, le fouet de la contre-révolution les fait souvent avancer, comme nous l’avons vu dans les nombreuses manifestations qui ont balayé le monde l’année dernière. Le fait que Derek Chauvin (l’assassin de George Floyd) ait été licencié et accusé de meurtre et d’homicide n’a eu aucun effet sur les protestations. Le problème ici n’est pas les quelques «brebis galeuses », c’est l’ensemble du système qui est pourri.

Il ne suffit pas que les meurtriers de George Floyd perdent leur emploi et que l’un d’eux ait été inculpé. Pour obtenir justice pour tous ces exploités et martyrisés par le système, les capitalistes doivent être privés de la propriété des moyens de production. Les syndicats devraient se joindre aux manifestants, et développer conjointement ce mouvement. Ce qu’il faut, c’est un plan d’action pour transformer radicalement la société. Seule la révolution socialiste – aux États-Unis et dans le monde – mettra enfin un terme au cercle vicieux de l’exploitation et de l’oppression.

Jorge Martin

Previous post

Pour le rapatriement des 200 étudiants antillais bloqués au Canada

Next post

Typical perd Harry SIMONET

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *