Divers

BIEN DANS SON ASSIETTE A NUTRICREOLE

Les couleurs de la nappe antillaise ont amené les pas des compatriotes au colloque qui s’est tenu samedi à l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications à Paris, sur la santé de la table par l’association Nutricréole.

Pour ce 4è colloque Santé Nutricréole, l’honneur de la présidence s’adressait au Professeur cardiologue Paul-Etienne Valere, sous la houlette de Jean-Jacques Seymour, journaliste éditorialiste.

L’introduction de la banane comme signe de l’outre mer annonçait l’entrée en matière de la manifestation par le docteur nutritionniste Marie-Antoinette Sejean, Présidente de l’Association. Cette dernière présentait les différentes conférencières impliquées dans les problèmes agro-alimentaires de la Guadeloupe et de la Martinique qui à leur tour, expliquaient à un public nombreux, particulièrement attentif aux désagréments et aux précieux conseils liés à la nutrition.

L’intervention de Cindy Laupen, Présidente des ateliers de la bioéthique, faisait un état des lieux sur les conséquences du chlordécone qui empoisonne nos productions agricoles que nous consommons ensuite et qui, par voie de conséquence, nous intoxique petit à petit. Ces vilains pesticides, en tuant les charançons sur nos légumes et dans nos terres polluent notre organisme et deviennent des perturbateurs endocriniens. Ce qui déclenche le cancer, les maladies neurologiques, agit ainsi sur le système immunitaire et affaiblit notre organisme. Ils vont jusqu’à rendre la terre sans vie ! Mais alors, comment assurer un équilibre entre production et santé publique ? Comment vivre avec la pollution des sols, des cours d’eau… ? 90% de la population des Antilles est contaminée ! La réponse se trouve dans les gestes quotidiens, dans les habitudes alimentaires. Donc, une hygiène alimentaire est vivement recommandée : manger Bio par exemple, à condition de manger les fruits rapidement. Consommer les produits d’une autre manière : limiter le sucre, le sel et faire attention au sol…

Patricia Bristol vice-présidente de Nutricréole, apporte la définition des « sens » dans notre assiette créole en développant le plaisir des aliments qui s’associe à la convivialité, à la saveur, aux arômes, aux odeurs, au goût… Ces papilles gustatives révélées par les différentes cultures qui ont fabriqué nos plats.  Oui, nous avons dans nos assiettes un peu d’Amérique du Sud, d’Afrique, d’Inde, d’Europe, de toutes ces terres amérindiennes qui sont venues s’ajouter à la Caraïbe.

Et puis, à ne pas négliger l’histoire et la vertu des épices depuis des siècles ! Elles sont antioxydantes, anti-inflammatoires comme le gingembre, la cannelle, le piment et bien d’autres encore !

Un amphithéâtre débordant de personnes venues questionner les différents intervenants sur le « comment manger » et sur les recettes de Suzie Palatin, cuisinière, qui donnait des conseils culinaires. Sa devise : « Faire la cuisine, c’est prendre le pouvoir sur sa santé ». Allier cuisine et santé est le fin mot de la faim en évitant l’obésité et les maladies cardio-vasculaires. Suzie préconise de « manger local et manger sain ». Selon elle, la cuisine traditionnelle comme un bon blaff de poisson ou un bon colombo doit satisfaire nos envies mais doit passer aussi sainement dans notre corps !

Le mot de la « faim » a conduit tous les invités à déguster ces petites mise-en-bouches diététiques autour des stands de produits locaux. A vos assiettes et…santé an ti péyi nou an !

Joseth SYMPHOR

nutri2

Previous post

GUADELOUPE : LES RENCONTRES DE LA SÉCURITÉ

Next post

Réunion : Prévention de la délinquance et de la radicalisation

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *