Société

Babette lance la campagne des législatives

Où prend-t-elle le temps pour mener toutes ses activités ? Car la chef cuisinière, animatrice télé et élue au Conseil Régional, (en préparation d’un livre sur le bien être et la santé grâce aux légumes et aux fruits exotiques prévu pour décembre), se lance maintenant dans la bataille des législatives dans une circonscription à cheval sur les XVIIIe et XIXème arrondissement de Paris. Jeudi 6 octobre, elle lançait au « Roi du Café » sa campagne devant un auditoire acquis à sa cause et semblait plus que motivée. « Nombreux sont les habitants qui souhaitent un renouveau avec des élus qui leur ressemblent, qui les rassemble. Cela fait partie de mon ADN, de ma vie de femme, de mon histoire personnelle, familiale et professionnelle. Je n’ai pas hésité une seconde pour que dans nos quartiers chacun trouve sa place sans sectarisme politique, sans discrimination. Je veux redonner l’espoir ».

babette-1

Les Républicains comptent sur la gouaille et le franc parler de Babette de Rozières pour déstabiliser la socialiste succédant à Daniel Vaillant qui avait battu en 2012 l’UMP Roxane Decorte avec 72% des votes.  Un vrai défi pour Babette, épaulée par des politiques et des amis tel Yann Quefelec, le Prix Goncourt 1985 avec « les Noces Barbares » qui s’adressait à la guadeloupéenne en ces termes : « Babette est là pour soulever les montagnes d’indifférence qui s’interposent entre la cause et l’action. Babette est légitime, elle est crédible parce qu’elle vient de nulle part, parce qu’elle est comme nous tous… Elle était inconnue au bataillon quand elle est arrivée de Guadeloupe, elle s’est faite absolument seule. Elle est devenue célèbre uniquement à force de volonté. Elle a toujours été nourricière, c’est une muse nourricière, et elle le sera pour la 17 ème circonscription. »

On risque de voir Babette sillonner les rues parisiennes, serrer des mains, caresser les têtes des enfants et s’extasier devant les caniches. Cela suffira-t-il ?

Previous post

Les Antilles s'exposaient à Castres

Next post

Guadeloupe : un « dialogue de performance »

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *