Société

Babette : DROIT DE REPONSE à Mme PAU LANGEVIN

Je suis très heureuse que Mme PAU LANGEVIN ait réagi aux déclarations que j’ai faites à dessein dans l’émission les GG sur RMC et qu’elle me donne ainsi l’occasion de clarifier les choses.

Je constate que madame la ministre est très prompte à saisir les médias dès lors qu’on n’est pas d’accord avec elle. Et ce n’est pas la première fois qu’elle se permet d’intervenir auprès des rédactions en revendiquant un prétendu droit de réponse qui s’apparente plutôt à des pressions inacceptables sur le libre droit d’expression.

PAU LANGEVIN m’en veut depuis 2010. Elle n’a pas apprécié que je soutienne Valérie PECRESSE aux élections régionales de 2010 dans sa circonscription du 20eme arrondissement de Paris.

bab 1O

@Cat’s

Elle n’a pas digéré que je sois sur la liste de Valérie Pécresse en 2015. J’en veux pour preuve qu’elle a écrit le 13 octobre 2015 sur son site officiel Facebook en parlant de moi : « Notre reine de la gastronomie déploie autant d’énergie pour la promotion de son salon que pour celle de sa muse. (Valérie Pécresse) Un rôle inattendu pour Babette qui mélange saveur et politique »

Je n’ai pas souhaité répondre à cette attaque, laissant les internautes le faire à ma place. Ceux-ci lui ont fait comprendre, et pour certains en termes crus, que ce n’était pas le rôle d’un ministre de faire des cancans sur la toile.

En ce qui me concerne, j’estime que ce comportement d’un ministre en exercice qui s’autorise à donner des leçons politiques traduit un manque de neutralité et de maitrise de la chose politique. Un tel commentaire est pour le moins déplacé.

Concernant le salon de la gastronomie des Outre-Mer dont je suis la fondatrice, je tiens à apporter les précisions suivantes :
* Le ministère a alloué en vertu d’une convention signée le 1er décembre 2014 pour le 1er salon de la gastronomie en 2015 une subvention de 50.000 euros. Sur cette même convention il est stipulé, qu’une somme de 15.000 euros viendrait en complément, qui est en réalité le prix de la location d’un stand de 36 m2 et non pas une subvention comme indiqué dans la convention.
* Concernant cette première Edition, j’ai dû consentir une réduction de 40% sur le prix des stands pour aider et faire venir les exposants ultramarins et le ministère a contribué, grâce à l’appui de monsieur Olivier Nicolas, à une rallonge de 40.000 euros au titre de l’année 2015 selon convention signée le 24 aout 2015.

En réalité Mme Pau Langevin a aidé le premier salon de la gastronomie des outre-mer de 2015 à hauteur de 90.000 euros et a pris un stand en location de 15.000 euros.
On en était resté là. Elle n’a donné aucune subvention en 2016.

Je ne souhaitais plus avoir de contact avec Mme PAU LANGEVIN compte tenu de son désintéressement pour le salon et je ne l’avais pas invitée à l’inauguration du salon 2016.
C’est monsieur Emmanuel PROVIN, son chef de cabinet avec qui j’avais de bons rapports qui, deux semaines avant l’ouverture du salon 2016 m’a sollicité et a insisté lourdement pour que je reçoive la ministre à l’inauguration, en me promettant d’intervenir auprès d’elle pour avoir une subvention pour l’Edition 2017.
C’est ainsi que j’ai déposé une demande de subvention pour l’édition de 2017 le 1er mars 2016.
Mme Lemazurier en charge des subventions avec qui j’ai d’excellentes relations, m’a fait savoir début juin 2016, suite à mon appel, que Mme PAU LANGEVIN ne soutiendrait pas l’Edition 2017 du salon. Sans autre explication.

Et c’est dans ce contexte que j’ai dit à RMC qu’elle ne donnait rien pour aider le salon de la gastronomie des outre-mer et qu’elle n’aimait pas les outre-mer.
Je ne comprends pas comment la ministre de l’Outre-Mer ne se sent pas plus concernée à soutenir les producteurs, les transformateurs, les distributeurs et tous les artisans des Outre-mer. Lorsque l’on sait que les outre-mer sont en alerte rouge en matière de chômage des jeunes et que tout va très mal économiquement.

Je ne comprends pas que dans les choix que fait madame PAU LANGEVIN en matière de subventions, elle estime plus judicieux de soutenir des manifestations festives ou récréatives comme par exemple des opérations avec la région Auvergne autour du château de MONTMORIN les 21 et 22 mai 2016.

Pour ma part depuis plus de 40 ans, je soutiens ma culture ultramarine au-delà de tout esprit partisan et pour la mettre en valeur, j’ai décidé d’offrir une grande visibilité à nos ultras marins en créant pour eux ce salon qui valorise nos savoirs faire, nos talents et notre culture d’un point de vue économique et culturel.

Je ne comprends pas que PAU LANGEVIN ne prenne pas conscience, en tant que responsable politique, de l’importance du salon de la gastronomie des Outre-Mer et qu’elle refuse délibérément pour des raisons politiciennes d’aider les ultramarins.

Les Editions de 2015 et 2016 ont été un réel succès pour les exposants et pour les visiteurs. Et l’édition 2017 qui aura lieu les 10, 11 et 12 février 2017 à la porte de la Villette au Paris Events Center s’annonce sous les meilleurs auspices.

J’entends donner en 2017 encore une plus grande visibilité à l’Outre-Mer avec une ouverture sur l’international.

NOS OUTRE MER ONT DU TALENT
Quoi qu’en pense madame PAU LANGEVIN.

Babette de Rozieres.

Previous post

Loisirs créatifs au Musée en Martinique

Next post

Au cœur de mon tour (7)

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

2 Comments

  1. LureL Jacques
    juillet 7, 2016 at 00:31 — Répondre

    Pas étonnant !

  2. euphrasie
    juillet 9, 2016 at 12:16 — Répondre

    la gastronomie et la politique ne font visiblement pas bon menage!!!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *