Société

AUX ARBRES CITOYENS : OPÉRATION DE MARKETING POUR LES MARTINIQUAIS SANS LES MARTINIQUAIS

AUX ARBRES CITOYENS !!!!!!!! On retrouve : ONF ! ALBIOMA ! LAFARGE DEAL, HAVAS, LAFARGE, la chambre d’agriculture, les pépiniéristes…

OPÉRATION DE MARKETING POUR LES MARTINIQUAIS SANS LES MARTINIQUAIS. AUX ARBRES ET CAETERA…

Depuis quelques temps, nous sommes inondés de messages publicitaires au sujet d’un projet de plantation d’un million d’arbres en Martinique. Sous l’appellation « Aux arbres citoyens » ce projet apparemment vertueux invite la population à adhérer à la plantation de plusieurs espèces végétales censées développer la biodiversité de la flore et de la faune et purifier l’air que nous respirons.

Les arbres, pour grandir, consomment du dioxyde de carbone (CO2) et rejettent de l’oxygène (O2). Les insectes interviennent dans la pollinisation en butinant les fleurs et donc dans la fructification. Les agriculteurs n’auraient pas à se plaindre.

Cependant, ce tableau idyllique est battu en brèche par une certaine réalité et plusieurs questions se posent.

  •  La Martinique, pays tropical, est-elle un désert nécessitant l’urgence d’un reboisement ?
  • Qui sont les promoteurs de ce projet et quels sont les objectifs réels de ces personnes ?
  • Comment a été élaboré ce projet ?

La Martinique n’est pas un désert.

Même si nous pouvons nous plaindre d’une pression foncière exacerbée par l’urbanisation et la diminution de nos espaces naturels et agricoles, la Martinique n’est pas un désert. Elle bénéficie d’un couvert végétal, de forêts hydrophiles dans le Nord et mésophiles au Sud. Pendant la saison des pluies, elle se couvre de verdure et pendant la saison sèche, le Nord reste encore bien vert. La principale action serait d’arrêter les défrichements et les empiètements sur les espaces naturels et agricoles autorisés par les Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT) et par les PLU.

Ce projet est élaboré pour la Martinique par des non Martiniquais.

Sur une photo du site Internet qui présente le projet, on aperçoit l’ancien directeur de l’ONF, le directeur d’Albioma en Martinique ; un logo d’Albioma et un logo de Lafarge qui sponsorisent l’opération ; un pépiniériste et plusieurs autres personnalités mais un seul Martiniquais, sans doute pour faire couleur locale. Albioma est une entreprise qui produit de l’électricité en brûlant du bois. Elle prévoyait de brûler du charbon mais devant la levée de bouclier des écologistes, elle s’est rabattue sur la bagasse de la canne à sucre, largement insuffisante puisqu’elle est utilisée comme combustible par les distilleries. Les chutes de bois issues des élagages sont aussi insuffisantes. Il y a donc lieu pour cette entreprise de développer la forêt énergie pour ses besoins futurs.

Lafarge produit des ciments en Martinique et dans le monde entier, y compris en Syrie et en Irak, même quand la zone est occupée par des djiadistes. C’est davantage un bétonneur qu’un forestier. Les pépiniéristes peuvent escompter des bénéfices pour leur commerce. Chacun y voit son intérêt mais qu’en pensent les Martiniquais ?

Un projet élaboré sans la population de Martinique.

Les nombreuses associations écologiques, les exploitants agricoles, les apiculteurs, les chambres consulaires n’ont pas été associées à l’élaboration d’un tel projet. De plus, il semblerait qu’un projet élaboré par une Martiniquaise celui-là, existait déjà et était sur le point d’être présenté à la population. L’idée de cette personne a peut-être germé en même temps dans la tête de ces promoteurs. Les intérêts réels des promoteurs sont plus troubles que vertueux.

C’est une manie d’un nombre croissant de grandes entreprises de planter des arbres pour compenser leur émission de CO2. Ainsi, Air France s’est engagé à planter 70 millions d’arbres, la fondation Yves Rocher indique 100 millions, Total promet 310 millions et d’autres suivent. Il s’agit d’entreprises dont l’activité est fortement polluante et qui doivent compenser leur « droit de polluer ». Mais planter des arbres ne permet pas de compenser ou de neutraliser les émissions d’oxyde de carbone.

Pour Jonathan Guyot, President de !’association All4tree, pretendre cela c’est une veritable supercherie. Parce que les projets sont trop souvent bâclés et ne compensent pas suffisamment. Paree que les entreprises ne cherchent pas à eviter leurs emissions polluantes ou à les reduire mais elles exercent un veritable droit de polluer en passant directement a la compensation. C’est le principe « Je me donne le droit de polluer car je compense ». Pendant ce temps, le rechauffement climatique se poursuit avec toutes ses consequences désastreuses. Ces entreprises utilisent les arbres comme symbole de marketing et c’est a qui communiquera le plus sur le nombre impressionnant qu’elles disent vouloir planter.

Que deviennent ces arbres?
II n’y a pas toujours un suivi apres les plantations quand elles sont realisees.
Pour exemple, en Turquie, le 11 novembre 2019 a été décrété « jour de reforestation nationale » par le president Erdogan. 11 millions de sapins ont été plantés ce jour-la à travers le pays. Moins de 3 mois plus tard, 90% des arbres etaient deja morts, faute d’entretien.

Nous ne devons pas adherer au projet « Aux arbres citoyens » pour la plantation d’un million d’arbres en Martinique sans de mûres reflexions car la plupart de ces projets sont portés par des pollueurs et comme disait Einstein : « II ne taut pas compter sur ceux qui ont créé les problemes pour les resoudre ».

Source utilisée : site Internet « Laissemoitedire »

 

ASSAUPAMAR

Previous post

Non mr Castex, la Guyane n'est pas une île

Next post

Le point Covid en Guyane

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *