Société

Audrey Pulvar : je n’ai absolument aucune envie de me présenter à une élection.

Elue le 28 juin 2017, présidente de la Fondation pour la nature et l’homme à la suite de Nicolas Hulot, Audrey Pulvar tient à faire savoir dans un entretien pour Ouest France d’Alexandra BOURCIER qu’elle ira jusqu’au bout de ses quatre ans de mandat et réfute tout engagement en politique.

« La fondation est organisée avec une trentaine de salariés, experts dans leur domaine, et un conseil d’une trentaine de spécialistes de très haut niveau qui nous accompagnent bénévolement…

Notre mission est de promouvoir et de proposer la transformation politique, sociale, économique de la société dans le cadre de la transition écologique.

Elle avoue avoir du assimiler certains sujets et mettre de coté sa neutralité de journaliste. « Il faut penser les solutions contre le réchauffement climatique et la dégradation de l’environnement en s’adressant d’abord aux populations qui auront le plus à s’adapter, ou à changer de mode de vie, ou à en souffrir ».

« Je voulais vraiment passer à quelque chose de plus concret, de plus assumé. Je ne voulais plus me sentir tiraillée entre mes engagements et je me disais que je ne pouvais pas me contenter de m’indigner tous les jours en écoutant la radio et que c’était peut-être bien de mettre ma force de travail, ma notoriété, ma capacité de persuasion au service d’un sujet comme la transition écologique et solidaire. Ce qui se joue ici, c’est une résolution de tous les dysfonctionnements du système capitaliste mondialisé ».

« Nous devons prendre conscience que l’environnement, ce n’est pas un truc de bobos. Les bobos, ils vont bien, ils n’ont pas besoin qu’on se batte pour eux. Je me bats pour tous ceux qui sont en bas de l’échelle et qui subissent les effets de la dégradation de l’environnement et du réchauffement climatique.

Beaucoup de gens ont pensé, ou pensent peut-être encore, que si je suis venue à la fondation, c’est pour en faire un tremplin, pour devenir ministre. Nicolas (Hulot) y a passé vingt-sept ans avant de devenir ministre, j’ai encore un peu de temps devant moi !

A t-elle des ambitions politiques ? « Si j’avais voulu faire de la politique, je me serais présentée aux législatives, je n’aurais peut-être pas été élue. Ici, à la fondation, je fais de la politique mais non partisane…

Je ne dis pas que je ne ferai jamais de politique. Je n’y pense pas quand je me lève le matin. Peut-être un jour, mais pour l’instant il n’y a aucune formation politique qui me donne envie de la rejoindre… J’ai des amis à Génération.s, à Europe écologie – Les Verts mais je n’ai absolument aucune envie de me présenter à une élection. Ce n’est pas par dégoût de la politique. Ce n’est pas dans mon horizon. J’ai un emploi du temps hyperchargé : mon engagement à la FNH est bénévole, il faut donc que je travaille à côté. J’ai un mandat de quatre ans, je vais au moins aller au bout ».

Previous post

Dernière minute : Décès de Dj Johan GALVA alias Jomx

Next post

Les Chiffres clés 2017 de l’Énergie en Guadeloupe

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *