Musique

Aucagos et Marthely : deux voix légendaires

Pas de doute. Fred Aucagos et Jean Philippe Marthely sont sur la même longueur d’onde. Après avoir lu les déclarations d’Hipomène Leauva et de Simon Jurad sur la « bataile du jeudi 10 novembre » , ils en rigolent tous les deux. A trois jours du concert tant attendu, ces maestros ne parlent que de musique, encore de musique et toujours de musique.

C’est avec une certaine nostalgie que Fred se remémore les débuts de Jean Philippe. « Je me souviens d’un jeune chanteur martiniquais, un parmi tant d’autres. Mais on voyait qu’il savait chauffer la foule et était attentif à tout : la voix, l’attitude, les regards. A chaque prestation il progressait. Maintenant c’est monsieur Marthely ». L’élève pourtant reste modeste devant  le maître : « Fred Aucagos, je dis respect. C’est plus de 50 ans de carrière. C’est aussi une maitrise du geste : rien de parasite.  Il vous captive par sa voix ». Et selon lui, « les Vikings auraient pu avoir une carrière à la Kassav. Il leur a manqué le côté médiatique.

Le concert idéal ? Pour Fred  Aucagos, « Ce serait de reproduire celui des Halles de Paris en 70, un samedi de Pentecôte avec 12 000 personnes surchauffées ». Et impossible pour lui d’oublier la clameur engendrée par sa reprise d’Aline au Zénith en 1ère partie de Kassav. « J’étais ailleurs. Je crois que je ne suis pas redescendu de mon nuage depuis. Voire tous ces jeunes qui n’avaient jamais entendu parler de nous m’accompagner, c’était magique ».

Jean Philippe Marthely déclare lui n’avoir pas d’idée préconçue : »Un concert c’est une rencontre entre un groupe et un public. Il n’y a pas de vérité. On parle souvent du Zénith mais je peux te dire que certaines prestations aux quatre coins du monde engendrent la folie. »

La rivalité entre les Vikings et Opération 78 ? « Elle n’existe pas » poursuit Fred Aucagos « On sait qu’Hipo a besoin d’adversité pour se préparer. Mais ajoute Jean Philippe « il a trouvé un bon client en la personne de Simon qui n’est pas homme à se laisser faire ». En tout cas, ce genre de concert avec des orchestres mythiques en live ne peut être que positif pour le public.

« Pas de triche, d’arrangements studio » selon Pipo. « C’est un retour aux sources. Chacun vient avec ses armes et désire prouver sa valeur ». Argument repris par Fred : « La qualité des musiciens va faire la différence. Et vu les talents réunis, non pas adversaires mais complémentaires, le public devrait se régaler ».

ope-kar

Previous post

Dernière minute : Jean Michel Martial nouveau Président du CREFOM

Next post

Club de Lecture Bilingue de l'ASCODELA

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *