Société

ARY CHALUS : la Coopération Régionale, un des leviers du développement

Lors de la 12e Conférence de coopération régionale zone Antilles-Guyane, Ary Chalus a défini sa vision de la coopération régionale. Des extraits de son discours et un communiqué de presse précisant ses objectifs dans ce domaine.

« L’objet de cette réunion est d’une importance capitale pour le devenir de nos régions, afin que les barrières que l’histoire a dressées à l’encontre de la géographie, puissent s’estomper au fur et à mesure de nos initiatives…

La Coopération Régionale est un levier essentiel de l’action régionale pour offrir d’autres perspectives à nos entreprises et à la jeunesse. Je ne la conçois pas comme un pis-aller, mais bien comme un choix politique, multisectorielle et doit impliquer la société dans son ensemble.

La proposition de loi (de Serge Letchimy) aura pour vocation à assouplir l’intervention des collectivités d’Outre-Mer dans les actions de coopération régionale, en les positionnant en véritables « têtes de ponts avancées de la France » dans les trois océans.

Nos régions sont toutes confrontées à deux défis intérieurs, la formation des hommes et le développement économique. Je pense que l’ouverture caribéenne constitue la meilleure opportunité pour répondre à ces deux défis internes. Il n’est de richesse que d’hommes. Et lorsque l’on n’a pas de pétrole, ni immense territoire, cette vérité saute aux yeux et à l’esprit »…

Le communiqué de presse :

Durant la campagne, j’ai beaucoup insisté sur le fait qu’il y avait de nombreuses compétences dans notre pays et que nous devrions apprendre à nous appuyer davantage sur nos experts locaux. Pour la coopération régionale comme sur d’autres sujets, je ferai le choix de m’entourer de ces derniers pour nous accompagner dans nos missions. En effet, les enjeux économiques, sociaux, culturels et écologiques appellent une coopération de plus en plus approfondie dans notre bassin régional, l’espace Caraïbe. Et si elle doit impulser ce mouvement d’ouverture en direction de nos voisins, la Collectivité régionale ne pourra atteindre ses objectifs sans le concours actif de l’Université des Antilles, des associations déjà présentes sur ce terrain et bien actives ainsi que des entreprises. Tous doivent être en première ligne pour réussir ce challenge. En termes d’action, j’entends défendre l’idée proposée d’un Erasmus Caribéen pour une coopération qui profite réellement à notre jeunesse. Nous sommes convaincus que la confrontation des expériences et l’ouverture sur l’autre sont une source de richesses dans un monde où la connaissance est la principale source de valeur ajoutée. Nous œuvrerons résolument à la mise en place d’outils d’accompagnement pour favoriser les échanges entre les établissements du supérieur à l’échelle de toute la Caraïbe d’abord, tant au niveau des chercheurs et enseignants, que des étudiants. Par ailleurs, je souhaite m’appuyer sur l’Université des Antilles pour recruter des chargés de mission qui assureront la représentation régionale. Au final, il s’agira de contribuer à ce que la coopération avec les pays voisins évolue dans un rapport « gagnant-gagnant ». Ainsi conçue, la Coopération Régionale doit devenir l’un des leviers du développement économique, social, culturel et écologique en privilégiant la prise en compte de l’intérêt de tous les Guadeloupéens. »
Previous post

PROJET LUREL, L’UNITE DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE EN DANGER ?

Next post

Théâtre. Ballotage : Politique, amour, jalousie et corruption !

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *