Culture

ANSES D’ARLET : UNE FETE PATRONALE DE QUALITE

 

« LE BIEN NE FAIT PAS DE BRUIT »

Ils étaient là aussi ! Le Sénateur Serge LARCHER et le député Jean-Philippe NILOR à la cérémonie d’ouverture de la fête des Anses-d’Arlet ce samedi 15 juillet dès la messe de 18h, avec bien d’autres élus de la Martinique sous le regard de la sous-préfète du Marin.

Une fête patronale de qualité qui se déroule avec le défilé des associations ayant en tête le groupe « Difé nan pay » qui met l’ambiance festive et chaleureuse du jour très attendu des arlésiens. La première station allocutive est celle qui s’arrête devant l’hôtel de Ville, symbole marquant bien la ville en fête, la ville qui réunit, la ville qui conduit sa politique pour construire une identité.

A la salle des fêtes, le maire Eugène LARCHER a su mettre à l’honneur les jeunes talentueux de différentes disciplines telles que le cycliste Willy, les volleyeurs (ses)  Noémie, Béatrice et Stéphane. Et puis ce grand chef cuisinier, Jimmy DESRIVIERES venu spécialement de Paris pour recevoir la médaille de la ville comme les autres et repartir le lendemain car le « chef » qui a travaillé pour le G7, travaille dans les plus grands restaurants du monde, en l’occurrence celui qui a accueilli notre président de la République E. MACRON et bien d’autres personnalités de France et d’Europe…Coïncidence bizarre ! Tous ces médaillés sont pratiquement issus du même quartier : Petite-Anse ! A croire que le lieu de prédilections des prodiges de cette commune de la côte caraïbe se trouve à Petite-Anse !!! C’est stupéfiant de voir les jeunes de cette petite commune d’environ 3840 habitants porter les couleurs de la Martinique et les valeurs de leur ville à l’extérieur de leur île : la Caraïbe, la France et bien d’autres pays encore. Même admiration pour Marcel  ANSION de 67 ans, tambouyé et danseur qui donne des cours de « bèlè » dans les écoles avec Manuela…Anses-d’Arlet, est-ce donc l’espoir pour la jeunesse avec la transmission du savoir des aînés ? Sans compter la chorale « Cœur d’Anges » qui a choisi les cordes de la  bonne « voie » !

Anses-d’Arlet a des valeurs à prendre en exemple ! Le Maire y est pour beaucoup. Pédagogue dans sa manière de concevoir les choses car ancien proviseur de lycée il n’hésite pas à aider, soutenir et encourager ses compatriotes, ses jeunes en leur donnant des conseils et en leur rappelant surtout d’où ils viennent… Et cette reconnaissance sociale ne fait que l’honorer lui-même par ses initiatives car les arlésiens apprécient cette attention qui n’est autre que le don de reconnaissance du premier magistrat de la ville. Un geste  honorable qui valorise les compétences de celui ou celle qui a persévéré pour avoir aujourd’hui une telle distinction. Car c’est très important d’être reconnu dans ses efforts ! Le maire sait récompenser les bons élèves.

Un mérite bien applaudi aussi bien par les nombreux élus venus du Nord du Centre et du Sud, les parlementaires J-Ph NILOR et S. LARCHER que par le public. On voyait cette solidarité, cette fraternité mais encore cette humilité, cette simplicité à travers les relations, les interactions dans la posture bon enfant des gens approuvant par des cris de joie, chaque fois que le maire prononçait le nom des « étoiles de Petite-Anse ». Cette spontanéité traduit bien l’identité arlésienne qui est une des valeurs que l’édile tient à pérenniser. Tout comme la propreté de la ville aussi remarquable que le côté authentique et naturel signifié par ce tronc d’arbre dans la salle des fêtes en guise de support. Des symboles et des principes transmis aussi par l’Eglise qui fait corps avec la municipalité, montrent qu’il y a une cohésion sociale bien évidente dans cette commune du sud ouest de la Martinique. Il est vrai que le maire E. LARCHER est le président de l’Espace Sud (CAESM), habitué à mettre en cohésion les 12 communes qui forment la communauté d’agglomération du Sud.

Des discours concis, clairs et courts, car la place est  plutôt dans l’action, confortent le mérite et surtout les mots d’encouragement qui, sans eux, ne donneraient pas la force d’aller de l’avant.

La fête de la commune, c’est la fête de chacun des Arlésiens. Le partage comme base en est le maître-mot et donne de beaux talents, le dépassement de soi, le dépassement des frontières. La preuve ! Et la sérénité est la loi de la paix, de l’harmonie et du vivre ensemble. Car  on se sent bien aux Anses-d’Arlet et comme « le bien ne fait pas de bruit…», Anses-d’Arlet reste un trésor naturel sans pareil où la discrétion et le respect mutuel se dessinent dans le prolongement des grandes valeurs de ce bourg éponyme.

La convivialité toujours au rendez-vous autour d’une coupe de champagne comme dans une grande famille avec une ambiance sympathique, exotique et authentique pour fêter Saint Henri qui est le patron de cette paroisse… C’est encore un travail de pédagogie et de sociologie que de  maintenir l’authenticité tout en évoluant néanmoins, dans un territoire où le High Tech n’est pas ignoré. Et la fête continue…

Ensemb’ ensemb’ pou la vi

 

Joseth SYMPHOR

Previous post

Twitter à la poursuite du chikungunya

Next post

Une croix gammée sur la statue du Neg mawon à Sainte Anne

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *