Société

Annick Girardin quittera-t-elle son ministère apres les municipales ?

Le Canard Enchaîné, dans son édition du 3 juin annonce le départ prochain de la Rue Oudinot d’Annick Girardin après le second tour des municipales. L’été dernier, la presse l’annonçait déjà comme partante. 

Nommée , après la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle, Annick Girardin se doutait-elle que son ministère serait un chemin de croix ?

« Je ne veux pas que le ministère des Outre-mer soit celui des urgences » declarait-elle à son entrée en fonction. Il n’aura été que cela. Le pompier de service ne peut calmer toutes les colères dans les territoires tant les feux sont nombreux et ne trouve guère de soutien auprès de ses collègues et aucun écho dans la presse nationale.

Alors qu’elle préparait ses Assises de l’Outre-Mer, en , l’ouragan Irma déferlait sur les îles du nord Saint-Martin et Saint-Barthélemy et les premières polémiques sur la gestion de la crise.

, elle est confrontée à une grève dure à Mayotte contre la violence. Aux Antilles, c’est la grogne avec les Sargasses. Puis les Gilets jaunes de la Réunion en fin d’année et le blocage de l’île. Entre temps la chlordécone, la fermeture de France Ô, le référendum en Nouvelle-Caledonie…

Le 1er février 2019, en organisant un débat avec les élus ultramarins, Emmanuel Macron enterrait les Assises, Annick Girardin jouant le rôle d’hôtesse de micro. Et pour toute récompense, en juillet 2019, il était fait écho du mécontentement du President à l’encontre de sa ministre. « Ma mission n’est pas terminée » annonçait-elle à l’époque, combative.

2020 aurait pu être un année de transition. La pandémie de Covid 19 en a décidé autrement. La crise sanitaire, le confinement, l’urgence économique… Alors pour tenir, il faut promettre, ne pas céder, éviter de répondre.

Annick Girardin ne se sera pas fait que des amis. « Insupportable…Ingérable sont les mots qui reviennent le plus ! Dans son entourage, on parle même de caprices et de sautes d’humeur » ! (Le blog CGC des Medias). Mais en politique, on n’a pas le temps de regretter ceux qui partent. Alors pour les candidats à son éventuelle succesion, le CV parfait à présenter : être un ultramarin, plaire à Emmanuel Macron, ne pas déplaire au 1er ministre, être « d’ouverture », avoir un terrain d’implantation dans un territoire ou dans l’hexagone en vue des présidentielles. Les Paris sont ouverts !

Previous post

P.A Raphan : La France se doit de cultiver l’excellence qui n’a pas de couleur, de genre, de préférence sexuelle ou religieuse 

Next post

Sommes-nous maintenant plus aliénés qu’à l’époque de Schoelcher ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *