Divers

Ange aux yeux bleus ou monstre : Qui est Amanda Knox ?

Etait-elle une psychopathe de sang froid qui a brutalement assassiné sa colocataire, en participant à un viol ? Ou une jeune femme paumée et se livrant à la débauche ?

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 2007, Meredith Kercher, une Britannique âgée de 21 ans, avait été retrouvée morte, à demi-nue, baignant dans une mare de sang, dans l’appartement qu’elle occupait avec Amanda Knox, à Pérouse, dans le centre de l’Italie et deux jeunes italiennes.

L’autopsie a révélé qu’elle avait été violée et tuée de 47 coups de couteau.

Cette affaire a fasciné le monde entier. C’est une saga judiciaire hors norme, avec un procès en première instance, deux procès en appel, et deux décisions contraires de la Cour de Cassation italienne.

LES FAITS

Deux policiers découvrent le crime, par hasard, en venant rendre le téléphone portable de Meredith, qu’une voisine a trouvé dans le jardin.

Ils sont reçus par sa colocataire, Amanda Knox, alors âgée de 21 ans, et son petit ami italien de l’époque, Raffaele Sollecito, un élève ingénieur de 24 ans.

Meredith ? Elle doit dormir encore, sa chambre est fermée, indiquent-ils aux policiers. Les deux fiancés « découvrent » le drame en même temps que les agents.

Qui a tué la pauvre Meredith ?

Amanda Knox, étudiante américaine de Seattle, venue s’initier à la culture italienne, et qui approfondissait ses connaissances, selon les dires par une intense vie nocturne ? Raffaelle Sollecito, d’une famille très connue du sud de l’Italie ? Ou Rudy Hermann Guede, jeune immigré ivoirien ?

C’est finalement Rudy HERMAN GUEDE, né en Côte d’Ivoire, et qui a 20 ans au moment des faits, que la justice a définitivement reconnu comme seul coupable. Il est venu à Pérouse à l’âge de 5 ans, avec son père qui était ouvrier dans les années 1990. A 16 ans, quand son père quitte l’Italie, Guede est adopté de manière informelle par la famille d’un homme d’affaires local.

Guede acquiert la double nationalité, étudie de façon sporadique la comptabilité et travaille à l’occasion dans les bars de Milan, retournant parfois à Pérouse.

Amanda et Raffaelle ont été tour à tour condamnés, acquittés, condamnés à nouveau et enfin innocentés.

LORS DE SON RETOUR AUX ETATS-UNIS APRES SA PREMIERE LIBERATION, LA JEUNE FILLE A ECRIT SON AUTOBIOGRAPHIE DANS LAQUELLE ELLE EVOQUE NOTAMMENT SON RAPPORT AU SEXE .

Je détestais me sentir dépendante de quelqu’un. Je voulais me sentir forte et prendre du plaisir dans le sexe, et non pas me demander : «  Est-ce qu’il m’aime ? Est-ce qu’il m’aimera encore demain », écrit-elle.

Raffaele Sollecito a donné sa propre version des faits dans un livre où il accuse l’Américaine de comportement bizarre.

L’histoire d’Amanda Knox avait déjà inspiré un film américain , Les Deux Visages d’Amanda ( 2011 ), et a permis à la jeune femme de recevoir une avance de 3,8 millions de dollars pour publier son autobiographie, Waiting to be Heard « En attendant d’être entendue » , sortie aux Etats-Unis.

Comment la justice italienne a ainsi pu se fourvoyer ?

Le procureur Giuliano Mignini, un père catholique de quatre filles s’intéresse à Knox. Elle lui paraît être la coupable idéale d’un potentiel plan à trois qui aurait dégénéré.

Pendant ce temps, la police met la pression sur les suspects, notamment Sollecito qui change sa version des faits. Le comportement étrange et hostile d’Amanda pendant l’interrogatoire contribue à alimenter la suspicion.

Amanda cristallise l’attention, bien plus que Rudy GUEDE qui est pourtant également impliqué dans l’affaire.

En Grande-Bretagne, la presse a souvent pris le parti pour la famille de Meredith, alors qu’aux Etats-Unis, dominent les partisans acharnés d’Amanda.

Ce meurtre a été aussi l’occasion pour les Italiens de constater avec effroi les comportements de leurs jeunes, et surtout de jeunes femmes pas du tout effarouchées, de découvrir les deux visages : de cette ville italienne, la Pérouse bourgeoise, et la Pérouse étudiante et prolétarienne, et l’interpénétration de ces deux mondes , un porté sur la culture, et l’autre interlope , des bars et des bas-fonds, ainsi que le naufrage de la justice italienne accusée de négligences pour avoir fait des prélèvements sur le lieu du meurtre avec des gants sales. Mais ce Waterloo de la justice italienne, est aussi l’occasion pour certains de démontrer paradoxalement une certaine excellence de ce système judiciaire.   «Amanda devrait être heureuse que son procés se soit déroulé en Italie», a estimé le juriste américain Alan Dershowitz, professeur de droit à l’université américaine de Harvard «  Le système judiciaire américain ne lui aurait pas offert autant de possibilités de réexamen ».

rudy

L’affaire avait passionné et divisé l’opinion publique, particulièrement en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, en raison de la personnalité ambivalente d’Amanda Knox, jeune femme à la beauté troublante, dépeinte par ses accusateurs comme une fêtarde aguicheuse collectionnant les conquêtes masculines.

Le parquet de Pérouse l’avait décrite comme une jeune femme essayant toutes sortes de drogues, et invitant des hommes louches dans sa chambre en laissant traîner des dessous sexy et dans l’appartement partagé avec trois autres jeunes filles.

L’ivoirien Rudy Guédé , dont l’ADN avait été retrouvé sur le corps de la victime, a été condamné à 16 ans de prison.

En première instance, en 2009, Knox et Sollecito avaient été condamnés respectivement à 26 et 25 ans de réclusion pour ce meurtre, avant que ce jugement ne soit annulé en 2011.

Mais dans un nouveau rebondissement, la Cour de cassation a annulé ce jugement en 2013, jugeant que le verdict comportait de multiples contradictions et des erreurs manifestes.

Selon la Cour, les juges n’avaient pas pris en compte des preuves évidentes. L’accusation avait un moment évoqué comme mobile du meurtre un refus de la jeune Britannique de se prêter à un jeu sexuel avec Amanda, Raffaele, et Rudy.

Fortement médiatisée, lorsque la condamnation du couple Knox-Sollecito fut annulée en 2011, le quotidien La Republica comparait l’affaire à « un feuilleton de type Twilight, où les personnages sont jeunes, beaux, impénétrables, innocents et coupables à la fois, mais jamais condamnables, car il faut une suite à la série ».

«  Pas une seule trace d’Amanda Knox n’a été trouvée dans la chambre. Les seules créatures qui ne laissent pas de trace d’ADN sont les libellules » avait lancé Me Bongiorno devant la Cour de Cassation.

Un film récent «  Amanda KNOX » réalisé par Brian McGinn , sorti le 30 septembre 2016, explore cette affaire criminelle.

Previous post

LE MADRAS FAIT SON SHOW

Next post

l'US Nett vainqueur de la coupe inter Dom Marcelin Rilos 2017

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *