Littérature

Allemand et noir en plus !

Né à Berlin en 1925 d’un père camerounais et d’une mère allemande, Theodor Michael Wonja, cadet d’une fratrie de 4 enfants, vient au monde dans un pays qui n’offre que peu de perspectives professionnelles aux personnes de couleur, sinon les « spectacles d’exhibition d’indigènes ».

Renvoyé de l’école sur ordre du parti nazi, déchu de sa nationalité allemande en 1940, il est interné dans un camp de travail en 1943. Par miracle, il échappe à la stérilisation forcée pratiquée par les autorités du Reich sur plusieurs centaines d’enfants métis afro-allemands. Il doit par la suite affronter le racisme dans l’Allemagne d’après-guerre : « qu’ils retournent d’où ils viennent ! », scandent alors certains de ses compatriotes.

Confronté à la misère et aux discriminations, vivant de petits rôles au théâtre, Theodor Michael Wonja lutte pour changer le destin qu’on veut lui imposer : il suit une formation universitaire à Hambourg puis à Paris et fonde, à Cologne, au milieu des années 60, le Bulletin de l’Afrique dont il est le rédacteur en chef jusqu’en 1971.

Devenu un spécialiste reconnu de l’Afrique en Allemagne, il est recruté par les services de renseignement allemands et finit sa carrière en 1987 comme conseiller d’Etat. Passionné de théâtre, il joue dans plusieurs pièces jusqu’à l’âge de 84 ans, notamment dans « I have a dream » en hommage à Martin Luther King.

Previous post

La fermeture des établissements scolaires à Petit-Bourg

Next post

Les 36 propositions du concours projet Outre-mer

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *