Société

Alfred Marie-Jeanne : La décentralisation piétine

Déclaration de Monsieur Alfred MARIE-JEANNE, Président de la Collectivité Territoriale de Martinique à l’occasion du Congrès des Régions de France, Marseille

La décentralisation piétine. Quelles que soient les controverses en cours, et quand bien même, elle ne serait pas la panacée, son application est irréversible.

Contrecarrer sa mise en place serait une erreur stratégique, une faute politique, une violation de la constitution, laquelle affirme sans ambiguïté que la République est décentralisée.

Ce qui suscite le soupçon et fait problème c’est l’étendue des compétences et celle des moyens à transférer.

Il ne faut pas lésiner. La décentralisation ne saurait se concevoir au rabais :

–       Ni minima sclérosant

–       Ni maxima inutilement dispendieux.

Le gouvernement évoque une réforme inachevée et des moyens financiers plus dégradés que prévus.

Cette situation ne doit pas être pour autant un motif d’arrêt brutal.

Il faut poursuivre au milieu des cahots sans privilégier les pré-carrés de certains.

La décentralisation doit être équitable et solidaire dans sa répartition.

C’est son esprit.

C’est sa vocation.

Et s’il y a quelques sacrifices à opérer, ils doivent être impartialement répartis.

Ma présence a pour but de tirer la sonnette d’alarme, car les territoires dits d’outre-mer, dont je suis le porte-parole, représentent un atout remarquable en maints domaines. C’est une donne inestimable et incontestable.

Loin d’être un héritage coûteux, les Outre-mer contribuent par leur multi-culturalité, leur biodiversité à l’hominisation de la France, de l’Europe et du Monde.

L’Etat doit donc assumer pleinement ses responsabilités régaliennes, dans le strict respect de la plénitude des responsabilités des collectivités.

Ces dernières étant chargées de ramifier, d’irriguer et de magnifier le pays. D’où une concertation permanente avec l’Etat pour une évolution permanente des territoires

Il ne faut refuser aucune évolution, aucun changement de statut. Autonomie ou indépendance ne saurait être facteur de discorde, ni de frein aux bonnes relations avec l’Etat.

Il urge donc de clarifier les rapports, tous les rapports, pour aborder plus sereinement et plus hardiment les métamorphoses et les défis à relever.

 

Previous post

68 une année afro !

Next post

Victoire de la Guadeloupe aux Carifta Games de Triathlon

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *