Société

Le discours d’Alfred Marie-Jeanne à Jean-Claude Juncker

La Conférence des Présidents des RUP s’est entretenue vendredi 29 avril 2016 avec Jean-Claude Juncker, Président de la Commission européenne. Cette rencontre, une première, s’inscrit dans le contexte de l’arrêt de la Cour de Justice du 15 décembre 2015 qui place l’article 349 du Traité sur le Fonctionnement de l’UE au cœur des adaptations en faveur de l’ultrapériphérie.

Les RUP se composent des iles Canaries, de la Guadeloupe, Saint Martin, Mayotte, la Réunion, la Martinique, et la Guyane, les Açores et Madère.

Le discours d’Alfred Marie-Jeanne sur la thématique : Le potentiel de l’intégration régionale dans la Caraïbe

« … L’Union Européenne est un acteur connu et reconnu dans la Caraïbe, tant pour le partenariat économique avec les pays ACP que pour ses interventions en matière d’infrastructures et d’aménagements dans les RUP.

L’objectif d’intégration des RUP dans leur environnement est un impératif. Les acteurs politiques et économiques y sont multiples et variés : les Etats-Unis, le Canada, la France, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Espagne, ainsi que des organisations internationales les plus actives en termes de politique de développement, de politique d’investissements, de commerce et de services.

Ce qui est nécessaire, c’est un cadre d’intervention mieux défini avec la Commission européenne et surtout une stratégie co-construite avec nos partenaires caribéens.

Aujourd’hui nous avons le M. O. U (Memorandum of Understanding) de 2013 et la note technique FED-FEDER de 2014 ; mais pas l’appui escompté de la Commission Européenne au plus haut niveau politique.

Pour que la volonté politique se traduise en développement économique, libérons le potentiel de l’intégration des RUP dans la Caraïbe !

Nos partenaires négocient avec l’Union Européenne, en notre absence, sur des sujets qui nous préoccupent au plus haut point : fiscalité, droits de douanes, normes techniques, produits agricoles, pêche et aquaculture, etc…

Cette situation paradoxale doit être éliminée.

Pour faire face aux défis liés aux changements climatiques et à un développement plus respectueux de l’environnement et des ressources naturelles, engageons un dialogue circonstancié.

Ce dialogue suppose d’une part, une meilleure prise en compte de notre présence au niveau des institutions européennes, et d’autre part, notre inclusion dans les instances de négociation pour nos projets d’investissements.

A cet effet, il faut créer un environnement propice en stimulant l’offre inter-caribéenne de transports aériens et maritimes et en facilitant la libre circulation des personnes.

Monsieur le Président,

Vous avez redéfini l’organisation de la Commission pour la rendre plus efficace. Concrètement, cela implique que nos défis ne soient plus réglés uniquement par des référents techniques du groupe interservices.

Je vous propose de retenir les trois actions suivantes :

  • Construire un volet spécifique de coopération des ACP avec les RUP pour chaque programme indicatif national et pour le programme indicatif régional.
  • Donner mandat aux délégations de la Commission Européenne de la Barbade, de Guyana et de Trinidad & Tobago, pour que notre « double » appartenance se traduise en synergie avec nos pays voisins.
  • Formaliser notre adhésion au CARIFORUM.

Cette méthode devrait pouvoir être dupliquée pour chacun des bassins des différentes RUP.

Pour conclure, je citerai Karel De Gucht, Commissaire européen en charge du commerce de 2010 à 2014.

Il démontre la permanence, la pertinence et l’opportunité de notre démarche. « les APE constituent un processus mutuellement avantageux qui va définir le cadre des relations commerciales ACP-UE au cours du XXIe siècle et ancrer solidement ce partenariat privilégié dans la réalité mondiale ».

In fine, dois-je me retourner vers mes homologues députés du Parlement européen, pour atteindre cet objectif ? Ou, puis-je avancer avec vous, Monsieur le Président de la Commission européenne ?

Vous avez émis le désir de rendre visite aux RUP.

Venez, vous verrez et vous saurez. En kréyol : Vini, ou kay wè ek ou kay sav ».

Previous post

Une réunionnaise Mademoiselle France 2016

Next post

Teddy Riner et son double objectif

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *