Culture

AKIYO LA , O LA’W KALE KON SA ?

A l’issue de cette période charnière qu’est le carnaval dans notre Péyi Gwadloup, le Mouvman Kiltirèl Akiyo souhaite interpeller les « autorités compétentes » à propos de leur prise de position inexistante quant à la ruée des véhicules motorisés à deux roues, se faisant le cortège de bien des situations plus extrêmes les unes que les autres.

Si notre combat depuis la naissance du mouvman est avant tout culturel et vise aussi aujourd’hui une jeunesse dite décadente voire déviante, notre foi en la puissance du choukaj spirituel légué par nos ancêtres engagés dans ce même combat reste in ébranlée !!!

Nous avons, durant cette période de Mas 2016, été les témoins d’un grand nombre d’actions mettant en danger nos adhérents, nos sympathisants, les familles et surtout les enfants guadeloupéens venus encourager les carnavaliers, partager des moments de liesse, et se délecter des déboulés des divers groupes. Il est avéré que ces faits résultent d’une circulation frénétique des skoutè é moto. Non, le Mouvman Kiltirèl Akiyo ne possède pas de « section deux roues ». Non, le Mouvman Kiltirèl Akiyo ne possède pas non plus de  » section aérienne », n’en déplaise à nos délateurs non avertis ! Nous dénonçons et déplorons par ce billet, les accusations sans fondements d’être garants de ces comportements à risque ou de ce fait de surveillance dédiée.

Hormis ces faits de violences tacites, nous avons aussi noté le manque d’investissement des collectivités territoriales et des autorités responsables quant à l’entretien des routes empruntées par tous les Masyé; pas de lumières, des travaux tous azimuts provoquant des chutes, des blessures précoces des marcheurs les empêchant de terminer la saison…

Nous rejetons toute forme de violence, d’agressivité, d’incivisme et de manque de respect à l’égard de notre peuple, à nos agents de sécurité interne et à nos fouettards qui réalisent un travail remarquable pour éviter les débordements et protéger la masse humaine que nous formons.

A l’heure de l’émergence des commissions « patrimoine et culture » dans les administrations, ces 38 années d’engagement culturel ne devraient-elles pas être un support ? Ce vecteur n’est-il pas suffisamment lisse pour provoquer un intérêt à leur conservation et protection ?

Nous sommons les instances de prendre et d’assumer la responsabilité qui est la leur afin d’assurer la protection de la population guadeloupéenne, celle-là même qui leur permet d’assurer et de subvenir aux besoins généraux leur vie de famille !

Dans cet élan de prévention, nous invitons Mr Colon Louis, invité pour sa fonction, qui a réagi en direct sur Guadeloupe 1ère durant le journal télévisé le 10 février 2016, profitant de cette heure de grande écoute pour communiquer sur son positionnement, en affirmant que le déferlement de véhicules motorisés à deux roues et les actes en marge de notre groupe étaient de nôtre responsabilité et que nous ne devions revoir notre organisation, à échanger avec nous sur le sujet plutôt que s’exprimer indirectement. Il est souvent plus aisé de partager en toute intelligence sur des faits avérés que de spéculer…

Notre sommation aux autorités, chacune à leur niveau de prendre et d’assumer leurs responsabilités respectives en toute neutralité, est, à l’approche de la trêve du carême, plus que toujours à considérer.

Previous post

Refus de location car votre garant habite dans un DOM. Que faire ?

Next post

Pétition : priorité aux professeurs Réunionnais

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. lauricisque
    mars 9, 2016 at 00:15 — Répondre

    Voilà qui est dit et bien bien dit messieurs chapeau bas

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *