Société

Affaire Ceregmia : vus mais pas pris ?

F. Célimène, K. Loghossa et E. Carpin, professeurs d’université en Martinique mis en cause pour 7 chefs d’inculpation dans l’affaire de détournements de fonds au laboratoire de recherche du Ceregmia étaient devant les magistrats de la cour d’appel de Fort-de-France, leurs avocats réclamant la levée de leur contrôle judiciaire.

Le 8 novembre 2017, le conseil d’État avait annulé leur licenciement arguant que « la commission de jugement du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) n’a ni respecté le droit, ni vérifié les faits. Le Conseil d’État a donc décidé de casser sa décision du 8 juin 2016 révoquant Fred Celimène de l’enseignement supérieur et suspendant sans rémunération Kinvi Logossah et Eric Carpin respectivement pour 5 ans et 2 ans ».

Mais la surprise est venue de l’attitude de l’avocat de la partie civile Me Joël Sylvestre affirmant que « la position de l’Université n’a pas changé » et désireux d’aller « vers l’apaisement ». Phrase qui a provoqué la colère de Corinne Mencé-Caster ancienne présidente de l’Université des Antilles et de la Guyane qui s’est fendue d’un communiqué. 

« Chers Amis

Vous êtes, tout comme moi, des citoyens de notre pays Martinique, et aussi, par association, de notre île sœur, la Guadeloupe !

Au JT de Martinique 1ère d’hier soir, l’avocat de l’Université des Antilles a associé le retour éventuel des mis en cause du Ceregmia à de l’apaisement ! On veut donc apaiser en réintégrant des personnes qui sont soupçonnées d’avoir détourné plus de 10 millions d’euros à notre université, à notre jeunesse, et on parle d’objectivité ! Et on veut nous faire gober ça !

Dans quel pays du monde verrait-on l’avocat de la partie civile tenir un discours favorable à ceux qui ont spolié l’université que, lui, en tant qu’avocat, est payé pour défendre ! Nous ne pouvons pas laisser faire ! Nous ne devons pas laisser faire ! Sinon comment pourrions-nous, après, regarder notre jeunesse en face, elle, qui a besoin de tout cet argent dérobé ? »

L’Université des Antilles doit rembourser environ 750.000 € annuels jusqu’en 2021 pour les sommes détournées.

La levée du contrôle judiciaire permettrait aux trois professeurs de réintégrer l’Université des Antilles. Le jugement est en attente au 13 mars.

Previous post

Les Annulation de vols d'Air France du jeudi 22 fevrier

Next post

Quand Teddy rencontre Thierry lors du NBA All star Game

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *