Divers

Adieu au guyanais Cyrille Regis, un des premiers noirs sous le maillot anglais

Le football caribéen est en deuil. Né en Guyane française, Cyrille Régis décédé à l’âge de 59 ans, a été l’un des premiers joueurs noirs à représenter l’Angleterre et a fait une belle carrière dans l’élite.

Cyrille Regis a succombé à une crise cardiaque. Joueur de West Bromwich Albion, Coventry City FC, Aston Villa FC, Wolverhampton  Wanderers FC notamment, il a été l’un des premiers footballeurs noirs à avoir un impact sur le jeu britannique. Adrian Chiles, journaliste et grand connaisseur du club de West Brom, a déclaré à l’annonce de son décès : « Ian Wright, issu d’une génération suivante de footballeurs noirs, disait ‘nous sommes comme Malcolm X… mais Cyrille était semblable à Martin Luther King’. (…) Ils ont tant fait pour ce sport et pour la cause des footballeurs noirs. »

Membre de l’Ordre de l’Empire britannique

Régis est né à Maripasoula, en Guyane française, de Robert, pêcheur devenu mineur originaire de Sainte-Lucie, et de Mathilde (née Fadaire), couturière, dont la famille vient de Guadeloupe. Robert déménage en 1962 en Grande-Bretagne pour trouver du travail. Il s’installe à Stonebridge, au nord-ouest de Londres. Cyrille est alors âgé de cinq ans.

C’est à West Brom que Regis se révélera. Le manager Ron Atkinson pratique un football moderne, l’équipe est plaisante à voir jouer. Avec Bryan Robson et, chose exceptionnelle pour l’époque, deux autres noirs, Laurie Cunningham et Brendon Batson, ils termineront 3ème et 4ème de la première division.
Il gagnera ensuite la Cup en 1987 avec Coventry. Il a aussi joué cinq fois pour l’Angleterre entre 1982 et 1987.
Son dernier match a lieu en 1996, à l’âge de 38 ans; Au cours de ses 19 ans de carrière, il a fait 701 apparitions pour ses différents clubs, marquant 205 buts. Il est élevé au rang de Membre de l’Ordre de l’Empire britannique (MBE) en 2008.
Regis revient à West Brom en tant qu’entraîneur de l’équipe de réserve avant de s’installer comme agent au cours des deux décennies suivantes. Il laisse dans le deuil sa deuxième épouse, Julia, ses deux enfants, Robert et Michelle, et ses trois petits-enfants, Jayda, Renée et Riley.
D’après « Cyrille Regis obituary » dans the Guardian du 15 janvier 2018

Previous post

Le Gouvernement d’Haïti indigné par les propos attribués au Président des USA

Next post

Rencontre entre Ary Chalus et le Préfet sur le dossier de la piste super motard

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *