Divers

10 CONSEILS DE L’APIPD POUR PASSER DE BONNES VACANCES !

L’APIPD (Association Pour l’Information et la Prévention de la Drépanocytose) vous livre 10 conseils pour passer un bel été, en toute sérénité.

 

black-couple-on-beach-copy

 

Les voyages en avion

Certains acteurs de l’environnement agissent sur le phénotype des personnes atteintes de drépanocytose. La pressurisation des avions correspond à une altitude de 1500 à 1800 mètres. Au-delà de 1500 mètres, le risque de crises douloureuses augmente si l’individu n’est pas en condition physique optimale, à cause de la baisse d’oxygène.
Avant de prendre l’avion, contactez votre médecin.
Évitez de prendre des avions pas ou mal pressurisés et assurez-vous qu’il y a une bonbonne d’oxygène sur le vol (bien que cela reste obligatoire pour les compagnies.). Évitez les altitudes au-delà de 1500 mètres. Évitez de rester assis pendant toute la durée du vol, de croiser les jambes, les vêtements trop serrés. Et surtout, hydratez-vous !

Reposez-vous !

Le drépanocytaire se doit de respecter une bonne hygiène de vie (repos) et de maîtriser les efforts physiques. La fatigue peut provoquer des crises douloureuses.
C’est les vacances alors profitez-en pour vous reposer ! Vous l’avez bien mérité !

Ayez une alimentation saine et variée

Tous les aliments sont nécessaires à notre santé. Il n’existe aucun aliment subvenir à tous nos besoins. Équilibrez vos choix au fil du temps et variez vos plaisirs !
Consommez régulièrement des aliments riches en glucides (pain, pâtes, céréales, riz ou pommes de terre…) ainsi que des fruits et légumes, sources de vitamines.
N’abusez pas sur les quantités : mangez des portions raisonnables et variez votre alimentation.

Hydratez-vous !

En période de forte chaleur, pensez à boire beaucoup d’eau !
La forte chaleur peut entraîner un début de déshydratation si vous ne prenez pas de mesures préventives. Si vous transpirez, vous perdez de l’eau. Si votre apport en eau est faible, vous risquez d’avoir des crises douloureuses.
Le manque d’eau est le facteur n°1 de la cause de fatigue pendant la journée.
Alors, n’attendez pas d’avoir soif pour boire et buvez de l’eau en abondance (2,5 litres par jour environ) !

© Copyright 2010 CorbisCorporation

Ne consommez pas d’alcool !

L’alcool est toxique pour les personnes atteintes de drépanocytose. Il est contre-indiqué car il déshydrate et peut déclencher des crises.
Lorsque nous consommons de l’alcool, le fonctionnement des cellules est mis en péril car l’alcool passe dans le sang.
Évitez de boire de l’alcool ! Hydratez-vous en buvant d’autres boissons (eau, thé, tisane, soupe, jus de fruits…) !

Protégez-vous du soleil !

Le ‪soleil a de multiples bienfaits : il permet de retrouver la bonne humeur et de lutter contre la dépression. Il est notamment à l’origine de la production de vitamine D. Bien qu’il ait des avantages, le soleil est malheureusement dangereux pour la santé, notamment pour la peau et les yeux.
Les rayons du soleil ne rencontrent pas d’obstacles et atteignent la Terre en 8 minutes. À fortes doses, les UV ont une action néfaste sur notre peau et nos yeux. En s’introduisant dans l’épiderme, ils abîment les chromosomes contenus dans nos cellules. Cela accélère le vieillissement et augmente les risques de cancer de la peau.
Le soleil fait également transpirer : lorsque nous nous exposons au soleil, nous perdons de l’eau. Chez les personnes atteintes de la drépanocytose, il y a donc risques de ‪‎crises douloureuses.
Pour éviter les coups de soleil, restez à l’ombre, portez un couvre-chef et des lunettes de soleil. Protégez-vous en appliquant une crème solaire. Et surtout, hydratez-vous (environ 2,5 litres par jour) !

Baignade supérieure à 25 °C

Certains acteurs de l’environnement agissent sur le phénotype des personnes atteintes de drépanocytose. En dessous de 25°C, le risque de crises douloureuses augmente à cause des écarts de température.
Baignez-vous dans une eau ayant une température supérieure à 25°C et sortez de l’eau lorsque vous avez froid. Séchez-vous avec une grande serviette dès que vous sortez de l’eau pour ne pas attraper froid.

Attention aux écarts de température entre l’air et l’eau !

La drépanocytose est une maladie chronique sous influence climatique. Cette pathologie provoque des crises douloureuses vaso-occlusives en cas d’écarts thermiques importants.
Pour éviter les crises pendant les vacances, il est conseillé de faire attention aux écarts de températures entre l’air et l’eau.
Par exemple à la plage ou à la piscine, il ne faut pas rester dans l’eau plus de 20 minutes. Il faut bien s’essuyer et bien se couvrir (peignoir, serviette) en sortant.

La plongée sous-marine et les séjours en altitudes sont contre-indiqués !

La plongée sous-marine est proscrite pour les personnes atteintes de la drépanocytose (ou anémie falciforme).
La plongée sous-marine demande des efforts très intenses : les apnées répétées et l’eau froide peuvent déclencher une falciformation des hématies (déformation des globules rouges en forme de faucille ou de croissant et donc des bouchons) et des crises vaso-occlusives par hypoxie (diminution de la quantité d’oxygène contenue dans le sang).

Les séjours en altitudes sont également contre-indiqués chez les personnes atteintes de drépanocytose. Au-delà de 1500 mètres, le risque de crises douloureuses augmente si l’individu n’est pas en condition physique optimale, à cause de la baisse d’oxygène.

Évitez les altitudes au-delà de 1500 mètres, contrôlez les autres facteurs (froid, efforts physiques…) et hydratez-vous…

Connaissez vos limites !
Un combat est une lutte difficile à mener et pour cause…
Chacun a son histoire avec la drépanocytose. Chacun vit différemment avec la maladie. Vous êtes le/la seule(e) à connaître vos propres limites. Accordez vous un moment de répits et prenez soin de vous ! Promenez-vous, cultivez-vous ! Laissez-vous allez, détendez-vous, soyez sereins et profitez de vos vacances bien méritées !!!

APIPD – 7 ter Edouard Vaillant, 93400 Saint-Ouen
Tél: +33 (0)1 40 10 02 45 – apipd@free.fr

Previous post

UNE GUYANAISE HANDICAPEE EN GREVE DE LA FAIM DEVANT LE PARLEMENT

Next post

OLIVIER LAPULY N'EST PLUS

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *