CultureEvénements

10 000 carnavaliers pour Mas Maten Kongo Karayib

Ce samedi gras, c’etait le traditionnel Mas Maten, piloté par le groupe « Point d’Interrogation ». Une spécificité guadeloupéenne, prisée tant par la population locale que par les touristes.

En introduction les fouets, des chérubins aux adolescents. Leurs claquements se chargent du souvenir sonore des esclaves punis pour avoir osé être autre chose que des objets.

Les carnavaliers, le visage maquillé et le corps enduit de gwo siwo ou de roucou déboulant des Abymes à Bas du Fort au son des tambours à pô avaient donné rendez-vous aux spectateurs des 10 h du matin.

Deux tenues au choix : la première Kongo, l’autre Roukou.

Combien etaient-ils ? Entre 8 000 et 10 000 à défiler. Et ne cherchez pas de message politique particulier. En dehors de la revendication d’un carnaval authentique, chacun était invité à porter son dynamisme et son envie de communier avec les autres.

Photoreportage Alain Hannibal

Previous post

Les congés bonifiés ce ne sont pas 2 mois "offerts" par l'administration

Next post

TRIBUNE : Comment va le système de soins en Guadeloupe ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *